Aout 1961 - Jardin des Modes *


Photographie de couverture de la revue Jardin des Modes d'aout 1961
 PHotographie Meerson - "Galbé par de longues pinces, appuyé au corps, de la poitrine à la hanche, le nouveau tailleur de l'alutomne, à col classique et tout petits revers, jupe à peine évasée. Par Webe.
Le Jardin des Modes d'aout 1961


"Pour l'amateur de manteaux - irrésistibles : le style poncho - le fourreau rouge - la ligne gros dos.
Qui aime les manteaux, les aime tous. Rien d'aussi caractéristique ni d'aussi changeant que la silhouette qu'ils donnent. Un manteau peut être énorme comme une guérite, ou collant comme une robe, souple comme un plaid qu'on jette sur les épaules ou rigoureusement construit.
Fidèles à elle même, les fantaisistes les choisiront pour cultiver les contrastes, changeant de ligne comme elles changes d'humeur, et les esprit classiques pourront s'y exprimer à loisir dans les détails et les nuances."

"Le manteau style poncho Tout mou, tout souple, sans doublure, accompagné de sa jupe chez Fouks
Chapeau Pochet, gants Alexandrine.
Manteau en daim pour Monsieur par Cardin
Photogaphie Meerson
 Aout 1961

"Ils font penser à la redingote mais leur construction est sans raideur. Jeunes et très citadins, ils sont de ligne à peine appuyée, à peine fuyante, à peine évasée. Nous les avons tous choisis dans la couleur de l'hiver : rouge, de rouges différents et brulés, portés avec des accessoires de rouges ou de roses complémentaires.
De gauche à droite : 
-La vraie redingote, très allongeante à revers miniature par Wébé
- La plus loin du corps, la plus discrète, la plus construite peut être, par Sylvidès
- Le nouvel étui, il modèle les épaules, glisse et s'évase à peine par Helen Alexandre
- Presque un fourreau mais très jeune, très souple, effet de plastron bas, surpiqué, par Levasseur"
Dessins de Barton
aout 1961

La ligne gros dos - les manteaux de ligne gros dos sont tellement ronds, tellement enveloppants qu'ils ont tout à fait l'allure de vraies capes. Ils sont faciles à porter tout au long du jour et sont même assez habillés pour certaines circonstances élégantes malgré leur origine et disons le, leur confort rustique. Leur dos enveloppant revient sur la manche qui ne fait que le prolonger et qui, pour des taisons de ligne évidentes, est toujours relativement courte. D’où l'élégance citadine des longs gants de chevreau ou d'antilope légèrement drapés. Les tissus de ces presque capes sont plus épais, plus poilus, ont plus de tenue que ceux des autre manteaux. Ils sont de tous les cuivres, du safran au paprika. Les boutonnages sont presque toujours bas pour accentuer le coté enveloppant.
En haut : Max Roser Flasch et Weill
En bas : Wébé et Fouks"
Dessins de Barton
 aout 1961




"Tenues de route - Une bonne tenue de week end qui doit, tout en demeurant élégante, répondre aux impératifs du sport et de la détente, voire du froid, ne s'improvise pas. D’où l'importance croissante des vêtements de grand air, de voyage. D’où le succès dès sa naissance de l'auto coat. Ce n'est plus un manteau court, ou une veste longue, comme vous préférez, jeté au hasard sur n'importe quel tailleur, n'importe quel chandail ou pantalon. l'auto coat fait désormais partie intégrante d'un ensemble rigoureusement assorti et gagne en élégance."
A gauche l'auto coat ceinturé raglan par Tiktiner - A droite l'auto coat et son pantalon sorti par Basta
Voitures du garage Royal Elysée
Photographie truttman -  aout 1961


"Les tailleurs genre anglais - classiques et nets, ils allongent leurs basques, les arrondissent, s'adoucissent d'un petit col ou d'un revers étroit, ne sont plus jamais secs au ras du cou"

"Le vrai blaser pincé devant en lama à chevrons chez Basta"
 aout 1961

"A gauche le tailleur cardigan surpiqué par Caroline Rohmer"
"A droite le tailleur classique à basque arrondie en pied de poule vert de gris par Sport Jeune"
 aout 1961

"En haut à gauche, assez court, galbé devant par de longues pinces par Sylvidès
En haut à droite, sport, très confortable par Tiktiner
En bas à gauche , tailleur croisé à deux boutons par Tiktiner
En bas  à droite , veste longue ouverte en V ceinturée sur une robe par Billet"
Aout 1961

"Tailleur en tweed beige, jaquette sans col, ouverte en V et croisée ; très sport avec des boutons de cuir tressé, par Lempereur"
 aout 1961


"Montrez qui vous êtes dans le confort.. Elle s'habille suivant ses rêves et la vie qu'elle voudrait mener tous les jours. C'est un esprit  romantique"

"Pour couper le vent elle a choisi la cape de berger Tyrolien : courte, ronde, imperméable et chaude, en bure écrue. Elle l'aime beaucoup et en elle elle la porte de soir" Par fouks
Photographie Helmut Newton
 aout 1961

"Elle craint l'excès de fantaisie lorsqu'elle aborde le domaine du soir et le choix le plus classique est pour elle la meilleure sauvegarde.
 Un fourreau noir, décolleté, en crêpe strict lui parait alors l'idéal. Elle a cependant cédé sur le décolleté, mais lui oppose une jupe un peu évasée, très raisonnable - par Chloe"
Photographie Helmut Newton
 aout 1961


"Montrez qui vous êtes.... dans l'élégance. Elle s’habille pour faciliter la vie qu'elle mène, pour être toujours "bien" partout où elle va. Elle est réaliste et soigneuse. Son élégance est discrète, harmonieuse dans les couleurs comme dans les formes"


A gauche : "C'est le tailleur par excellence. Plus classique désormais que le "costume tailleur", sa couple stricte gagne encore en souplesse : manches kimono, tout petit col retourné, jaquette courte,  galbée devant, souple dans le dos, manches écourtées, jupe à l'aise.  Par Simone Robin"
A droite : "Elle a décidé  que la bonne formule classique pour la journée était une robe manteau. Excellent début de saison, elle la portera par temps froid avec un pardessus de fourrure, de coupe stricte, masculine, pas du tout habillée. Par Simone Robin"
Photographie Helmut Newton
 aout 1961

 A gauche : " C'est son fourreau tout aller, sa petite robe du matin au soir. La taille descendue, souligné devant de pinces ouvertes et de piqûres ; ni col ni manche. Par St Joseph
A droite :" Elle aime raffiner sur le thème classique du chandail. Elle a chois un ensemble rouge très chiné. C'est une version de la robe de polo portée avec une guimpe et des poignets de mousseline chocolat par Simone Robin"
Photographie Helmut Newton
 aout 1961

"De sa robe de diner, de grand concert ou de théâtre tient toute dans la coupe et la simplicité .Elle est très décolletée devant, encore plus dans le dos. La taille est basse , un peu basculée, la jupe froncée, ronde, sans trop d'ampleur, plus classique qu'un fourreau. Elle cache de décolleté sous un mantelet de dentelle, bord à bord, dont la basque froncée suit  la ligne de taille de la robe par Germaine et Jane"
Photographie Helmut Newton
 aout 1961


"Montrez qui vous êtes... dans l'éclat. Elle s'habille pour s'amuser et pour amuser. Elle est plus gaie que bavarde, plus organisée qu'ordonnée.
Collier par Jacques Gautier - coiffure Dessange" aout 1961

"A gauche : Elle a su découvrir le bijou de l'année, original, un peu extravagant et elle s'en pare du matin au soir. Elle le porte sur des vêtements très simples qui lui servent de fond et le mettent en valeur, mais le jette le soir sur un grand écolleté. Le cœur du collier est d'émail noir, les chaines sont de vieil argent. Elle change de coiffure comme d'état d'esprit mais avec la mode"
"A droite : Elle ose créer ici une harmonie hardie bien que subtile entre les rouges et les roses, elle mélange sans vergogne le rose shocking du manteau avec du rouge sombre, du rubis, du violet. Le manteau qu'elle porte au théâtre en rond est de coupe tout à fait nouvelle : très très près du corps, repris aux hanches. Par Chloe"
Photographie Helmut Newton
 aout 1961

"Celle qui préfère l'éclat adopte d'emblée ce deux pièces couleur chocolat. Pur une ligne accusée d'abord, un vrai sweater à manches longues qui fait taille très basse, toute petite jupe évasée à godets, pour son lainage ensuite gonflant, si gonflant que les bandes blanches incrustées paraissent être en fourrure, par P. Buraud
Photographie Helmut Newton
 aout 1961

"L'indispensable, c’est la petite robe noire "classique" qu'on porte après huit heures"
De gauche à droite :
- Fluide, glissante, souple, elle efface les défauts du corps par Marène
- Pour essayer de décolleté Dolce Vita par Jean Dando
- Pour dos parfait, décolleté fendu jusqu'à la taille par Gisèle Gonze
- Le décolleté est voilé par une mousseline de soie par Ninajo
- Les épaules sont découvertes par l'emmanchure, la taille est basse, mais Maurice Antoinette
- Blouson de jupe droite, c'est l'ensemble parfait un diner en ville par Basta
 aout 1961

"Duos du soir.... Ces duos parfaitement assortis, parfaits à partir de neuf heures, peuvent se porter après minuit."
Ci dessus : "C'est une jaquette bord à bord souple sur une robe de dentelle par Simone Robin"
Ci dessous : "C'est ici un trio : une blouse ras du cou, sans manches et sa jupe bien à l'aise, large pli creux devant. Et puis une jaquette, assez longue cette fois ci, bord à  bord à petit col tailleur. Le trio est couleur sable et or, en velours lamé. Par Lempereur"
Photographie Meerson
 aout 1961


"Les robes papillons, elles glissent sur le corps, idéalisent la silhouette et sont féminines en diable"

" En mousseline de soie, elle s'ouvre sur le fourreau en velours de rayonne noir piqué d'une rose noire"  - SImone Robin chez Colombe
Photographie Meerson - Aout 1961

" Des manches ailes plissées comme la jupe. Crepe georgette  bleu pervenche
Chloe chez Orphée"
Photographie Meerson - Aout 1961

"Suite brillante - Fourreau dentelle coton et nylon  entièrement perlé tout souple, tout doux. C'est un fourreau sans manches  à peine échancré  à l'encolure, blousant, à taille basculée vers l'arrière, soulignée d'un large ruban noir porté très bas sur la nuque. René Porchet
Photographie Meerson - Aout 1961



 "Destination automne.... vous les porterez demain ces accessoires d'une mode qui vient de paraître. Nous avons choisi des tons d'écaille blonde pour accompagner tweeds et jersey, des noirs brillants ou mats pour satisfaire les gout classiques et mettre en valeur les robes de ville. Si les lignes et les formes sont nouvelles, vous constaterez que les matières en vogue au siècle dernier : cornaline, écaille, corail, onyx, connaissent une valeur renouvelée et que l'or et l'argent sont toujours patinés"
 aout 1961




"C'est dans le domaine de la chaussure de marche que l'on peut noter , cette saison, le plus grand effort de renouvellement. Ces modèles ont été groupés pour vous donner une idée générale des tendances nouvelles. Leur profil s'inspire souvent de la ligne à l'ancienne, le talon devient plus trapu, souvent carré ou incurvé. Le bout carré s'élargit et le bout rond fait sa rentrée."
 aout 1961


"Monsieur  qui êtes vous ?"

 "Votre profession est libérale, vous vous y êtes imposé et votre personnalité est bien marquée. Vous aussi aimez être à l'aise, mais votre non conformisme tout apparent se teinte d'une pointe de classicisme anglais" Costume en lainage par Bril
Photographie Helmut Newton
 aout 1961

 "Un journaliste d'allure décontractée mais d’esprit sérieux. Vous aimez les vêtement sobres, passe partout, dans lesquels vous vous sentez à l'aise. Costume par Rolny"
Photographie Helmut Newton
 aout 1961

"Un décorateur amateur d'art, de nature, votre élégance très sure vous permet  de porter avec beaucoup d'aisance ce costume de loden par Elisabeth Laure"
Photographie Helmut Newton
 aout 1961


  Publicité pour la gamme de chaussures Séducta
 aout 1961

Publicité pour les chaussures Jan Rian
 aout 1961


* Ce blog ne cautionne en aucune façon l'utilisation de la fourrure  ou des plumes véritables , qui devrait être interdite au XXIeme siècle. Toutefois, il est impossible de parler de la mode au XXeme siècle sans y faire référence.

Cet article est un hommage aux modes  des années 60. Un moyen de partager ma collection de revues anciennes avec d'autres passionné.e.s
Le but, clairement, n'est pas d'en tirer profit ou de léser quiconque