L'Art et la Mode Avril 1921


"Il est évident que les couturiers comptent beaucoup pour les costumes qu'ils donnent au théâtre pour influencer la mode, car, de tous cotés, que ce soit au music hall ou dans les théâtres de comédie, nous ne voyons, ou presque, que des robes à volants, très volumineuses, ou des effet 'infante", c'est à dire des robes plates du devant et du dos, avec les hanches en saillie. Dans le monde, également, nous en voyons, mais plus rarement, et seulement comme une fantaisie. Quelle ligne l'emportera sur l'autre ? je ne saurais le dire. En tous cas, l’éclectisme est à l'ordre du jour, et il faut en profiter, en portant ce qui vous sied le mieux : si vous êtes blonde et que les draperies soient davantage dans votre ligne, n’hésitez pas à porter ces longs enroulements de lamé ou de satin que tant de bonne maisons, à paris, reussissent si bien : ici pas de broderies, mais seulement la richesse du tissus et les choix minutieux des esclaves de perles ou de strass pour retenir les draperies au corsage ; ces esclavages retombent dans le dos jusqu'à terre, le plus souvent terminés par un gland. Il serait difficile de donner d'autres nouveautés en fait de robes du soir ; il n'y en a pas, et celles que nous avons vues chez quantité de couturiers ne sont encore qu'à l'état de propositions"
Editorial de la revue l'Art et la Mode du 7 mai 1921 signé Frivoline
 
 L'Art et la Mode du 7 mai 1921
Création de Jérome "Robe en crêpe marocain entièrement rebrodé de soie rouge Pompéien"
Illustration signée Soulié 

Créations de la maison Lelong dans 'Le Diable y serait" au Théâtre Michel
A gauche : "Melle Albani porte une robe en lamé d'argent ornée de strass"
Au centre : "Melle Marken porte une robe en velours Florentin rouge capucine doublée d'argent et ornée de pierreries"
A droite : "Melle Montil porte une robe en taffetas vert passé rehaussée d'argent. Fleurs stylisées à la taille"
Illustration anonyme
 L'Art et la Mode du 7 mai 1921
 
A gauche : "Les toilettes de Melle Régina Camier dans la "Journée des Surprises" au Théâtre des Nouveautés
A gauche : "Cape en velours Florentin pourpre, doublée de lamé argent à reflets cyclamen"
Au centre : "Robe en taffetas bengali et tulle cyclamen garnie de diamants"
A droite : "Robe en taffetas vert chrysoprases, recouverte de chantilly noir ceinture en jais noir"'
Illustration signée Meignoz
 L'Art et la Mode du 7 mai 1921
 
A gauche : "Grand chapeau en crin rouille garni de ruban de satin ciré noir et de marguerites de velours blanc et noir"
A droite : "Toque en crêpe de Chine gris argent et plume * glycérinée du même ton"
Ci dessous : "Grande capeline en crin noir, garnie d'arums de velours noirs, verts et blancs et d'herbes cirées noires"
Illustration signée Mana
 L'Art et la Mode du 7 mai 1921
 
"Toilettes de Melle Blanche Toutain, et de Melle Régina Camier dans la "Journée des surprises" au Théâtre des Nouveautés"
A gauche : "Robe en crêpe de Chine gris ramier, bordée du ton"
A droite : "Robe en crêpe Marocain noir, brodée de motifs de soie blanche; rose à la taille"
Illustration signée Meignoz
  L'Art et la Mode du 7 mai 1921
 
"Crêpes et voiles de coton"
A gauche : "En voile de coton blanc, rehaussé de broderie bleu porcelaine. L'originalité consiste dans deux séries de boucles de ruban comète bleu, avec longs pans tombant sur la robe"
Au Centre : "N'a t'elle pas beaucoup d'allure, cette robe d'Organdina rose de chine, brodée de bleu, avec sa large ceinture de taffetas Divette bleu, noué de coté ?"
A droite  "Très jeune cette petite robe d'Organdina, brodée de toiles d'araignées oranges et noires, la jupe très mouvementée, avec ceinture en tussor"
Illustration anonyme
  L'Art et la Mode du 7 mai 1921
 
"Taffetas et crêpe satin"
A gauche :
Au centre : "Robe en satin Crésus nègre et petits rubans nègre et or"
A droite :  "Sur une silhouette souplement corsetée, cette robe de taffetas primevère gris, garnie de petits rubans gris et roses posés debout"
Illustration signée S. Chigot
  L'Art et la Mode du 7 mai 1921
 
"Ne serait il pas possible de supprimer aux femmes leur miroir, durant un certain temps, à partir du moment ou elle doivent forcément changer ? [...] Comment obtenir ce merveilleux moyen de remédier à quantité de défectuosités, que la vison quotidienne nous empêche de constater ? Nous savons que mari ou fils ne voit pas sa femme ou sa mère telle qu'elle est parce qu'il la voit chaque jour, elle peut engraisser ou maigrir à l'excès, ce sera pour lui la même chose.
En revoyant , il y a quelques jours, une amie de qui j'étais restée éloignée assez longtemps, j'ai eu une impression navrante  : c'était un phénomène de grosseur, un regrettable exemple de mauvais gout, et toute contente, elle minaudait comme une enfant.... Voila ou le miroir eut bien fait, s'il l'eut revelée à elle même, cette amie, telle qu'elle était en réalité, car personne des siens n'en avait la juste impression. On prétend que les femme sont très intelligentes et qui sont coquette, en tombe pas dans cette erreur; je veux bien le croire, mais je n'en suis pas sure ; ce point de jonction est si difficile à sauter que je vois l'exception seulement s'en tirer à son avantage" 
Editorial de la revue L'Art et La Mode du 14 mai 1921 signé Frivoline

 "Robe en organdi blanc rodé de jais et moire noire, création de Germaine"
Illustration signée A. Soulié
L'Art et la Mode du 14 mai 1921 

Création de A. Soulié
A gauche : "Un mélange exquis que celui de la mousseline ciel et fumée amenant des tonalités d'opale; la jupe plus courte sur le devant et la ceinture fumée bouclée d'une boucle en rose d'une originalité à retenir ; point de manche, mais un rien de mousseline brodée"
A droite : "De la dentelle d'argent, voila qui donne, le soir, des effets sans déceptions jamais. Sur cette jupe corail en crêpe Mireille, des crêtes de tulle noir forment tête régulière et dégradée. La ceinture est en dentelle d'argent avec chou de tulle noir sur la hanche"
L'Art et la Mode du 14 mai 1921
 
 Page de croquis signés A. Soulié
Pas de descriptions
 L'Art et la Mode du 14 mai 1921
 
   "Une journée à la mer, Créations de Becker et Fils"
Pas de descriptions
Illustration signée Dick
 L'Art et la Mode du 14 mai 1921
 
Les toilettes de Melle Betty Daussmon dans "Un Ange Passa" à la Potinière"
Création de Jean Patou
A gauche : "Robe en Crepella blanc brodée d'acier et rehaussée de broderie persane"
Au centre :"Robe en satin Nessus et tulle vert émeraude, broderie faune"
A droite : "Robe en velours florentin grenat ourlée de singe"
Illustration anonyme
L'Art et la Mode du 14 mai 1921
 
"Les toilettes de Melle Suzy Dantès dans "Un ange passe" à la Potinière.
Créations de Jean Patou, 7 rue Saint Florentin
A gauche :  "Robe trois pièces en drap noir et crêpe marocain blanc. Broderies chinoises et col de singe * "
Au centre : "Robe en organdi rose sur fond canard"
A droite : "Robe en crêpe marocain blanc et mousseline. Broderies persanes"
Illustration Anonyme
 L'Art et la Mode du 14 mai 1921
 
"Des dentelles de couleur"
"La dentelle sera en faveur cet été, mais on la portera, non plus noire ou blanche comme autrefois, mais teintée du ton de la robe, en tranchant complétement avec celle ci"
A gauche : "En gris cendré, en blond, elle sera idéale mêlée à du crêpe Georgette très souple"
Au centre : "Sur une robe d'organdi nous la trouverons en large ceinture, montée de coté ; mais, cette fois, elle est teinte d'une joli bleu profond. La même dentelle enveloppe le grand chapeau de feutre blanc"
A droite : "Donnant la silhouette élargie , voici lune robe de crêpe marocain nègre; le dos, les manches et les cotés de la jupe sont en dentelle du même ton"
Illustration anonyme
 L'Art et la Mode du 14 mai 1921
 
 
 
 "Choses  amusantes, si dans la mode de cette saison se trouvent autant de formes dissimulant les hanches et la taille, c'est que justement quantité d'élégantes ne se résignent pas à montrer l'épaississement de leurs formes. Croyez moi, il y a la une cause beaucoup plus raisonnée que vous ne le croyez. Les châles, par exemple, ne sont ils pas un épreuve de ce que j'avance ? Aussi décolletée, aussi dévêtue, le dos à nu complémente, quelle femme peut affronter l'opinion publique comme Phrynée... ou presque ? Regardez les toutes, le soir, arriver pour diner ou danser, enveloppées dans leur châle, de Venise ou d'Espagne, remplaçant les écharpes de tulle d'antan, et l'après midi, combien de petits manteaux transparents ou sans manches, combien de panneaux droits dérobant le dos et les hanches, accompagnent les robes les plus simples mais, que leur légèreté de tissu ou leur transparence rend impossible à porter, sans une ligne impeccable de sveltesse"
Editorial de la revue L'Art et la Mode du 21 mai 1921 signé Frivoline
 
 
 "Robe en satin abricot drapé par un chrysanthème en même étoffe, sur fond de soie brodée. Cape garnie de singe *  noir" Création de Soulié
Illustration de A. Soulié
L'Art et La Mode du 21 mai 1921
 
"Créations de Soulié"
A gauche : "Jeune et légère cette robe de mousseline rouge cerise coquillant sur les cotés, bordé de biais de linon blanc. L'encolure est un bijou de gout avec empiècement à moitié plissé, dessinant  des pointes, le même effet qu'aux manches courtes"
A droite :"Est ce une robe habillé ou une simplicité de jardin que ce double effet de taffetas et de mousseline drapés et repliés, maintenus sous deux cocardes de tulle framboise. Le chapeau est un chef d’œuvre de ligne"
Illustration A. Soulié
 L'Art et La Mode du 21 mai 1921
 
"Création de A. Soulié"
A gauche : "Le taffetas est à l'ordre du jour et nous en faisons des chapeaux comme celui-ci, entièrement plissé"
Au centre : "Un manteau de foulard n'est ce pas le comble de l'inutilité et par conséquent de l'élégance ? celui-ci est en deux parties en foulard blanc uni, et en foulard blanc à dessins verts foncés"
A droite : "On aimerait qu'il plut pour porter ce manteau en crêpe samouraï sable., en partie capitonné de nouvelle façon par des passementeries bleues comme les compartiments de chemin de fer"
Illustration signée A. Soulié
 L'Art et La Mode du 21 mai 1921
 

 "Pour les petits théâtres"
A gauche : "Sur un corset souple, cette robe de satin Nessus et dentelle noire"
Au centre :"Robe de crêpe Edelweiss blanc et dentelle noire"
A droite : "Robe de taffetas rouille brodée du ton et or"
Illustration signée Chigot
 L'Art et La Mode du 21 mai 1921
 
"Trois robes blanches, trois tissus différents"
A gauche : Robe de tissus éponge blanc, bordé de petits motifs orange"
Au centre : Robe en gros crépon de soie blanc, découpé en picots"
A droite : "Robe de serbe blanche garnie de petits galons japonais"
Illustration anonyme
 L'Art et La Mode du 21 mai 1921

 
"Les toilettes de Melle Peggy Vère à la Cigale"
A gauche : "Robe en velours Florentin géranium garni de roses de satin bleu Louis XVI, de tulle du même ton et d'argent"
Au centre : "Tailleur en Diabure vert billard, à carreaux blancs sur jupe de satin Windsor noir"
A droite : "Robe en crêpe samouraï cyclamen ceinturée de tresses du ton"
Illustration Anonyme
L'Art et La Mode du 21 mai 1921
 
 
"La série des fêtes du printemps ne fait que commencer, et nous aurons fort à faire durant deux mois, puisque c'est réellement la première fois depuis cinq ans que sans arrière pensée, nous pourrons nous amuser. Les robes sont hors de prix, c'est entendu, mais toutes les femmes en commandent, et ne sont nullement disposées à faire gréve d'élégance, tous les couturiers vous le diront. Donc , grandes robes et petites robes se partagent les heures du soir, et déjà, au premier bal des œuvres de Reims, nous avons vu de bien jolies choses : de la couleur, il n'y faut pas songer, puisque toutes les femmes ne pensent qu'à du noir et blanc, mais aussi pour toutes les autres fêtes "Comment  pourrions nous la transposer en noir ? dit immédiatement la femme à laquelle sa vendeuse propose une autre combinaison"
Editorial de la revue L'Art et La Mode du 28 mai 1921


Premier grand prix au Concours d'Elegance, création de Tollmann
"Robe de tulle semée de pétales de roses, motif et ceinture de brillants portée par Melle de Jaurie"
Illustration de Soulié
L'art et la Mode du 28 mai 1921

"Créations de Soulié"
A gauche :"Ce n'est pas une robe ? Mais si, et même c'est une robe charmante avec ses grandes ailes brodées en soutaches noires sur crêpe de chine  vert pale. Un simple cordon de soie assorti à la robe enserre la taille et l'encolure est à peine soulignée"
Au centre : "Rempli d'allure ce fourreau de satin noir, sur lequel court une bande de toile de Jouy aux teintes vives, dessinant une taille très basse. Du chapeau de toile de Jouy descend une écharpe de tulle noir s'enroulant autour du cou"
A droite : "Jeune, véritable robe d'enfant de seize ans, cet organdi jonquille bordé de dentelle de soie bleue. Sur l'ensemble une ceinture de soie noire vient de nouer par derrière sur la hanche. Chapeau Louis XVI en soie noire et plumes de coq"
Illustration de A. Soulié
 L'art et la Mode du 28 mai 1921
 
 "Les bals des quatre vendredis de mai au théâtre des Champs Elysées"
A gauche : "Melle Clara Tambour  porte une robe de mousseline de soie neige. La jupe à trois volants, le corsage croisé devant avec deux bretelles seulement dans le dos ; touffes d’œillets feu au corsage"
Au centre : "Melle F. Cabane porte une robe de faille vert d'eau , corsage à taille longue : jupe très drapée, avec effets de satin noir Très amusant, le béguin de velours noir, à cotes d'argent emboitant bien la tête"
A droite : "Melle Jane Renouardt porte cette très somptueuse robe de dentelle d'or, à tunique bouffante ; un pan droit tombe dans le dos ; une grosse touffe de fleurs du rose au mauve orne la taille"
Illustration signée Dick
  L'art et la Mode du 28 mai 1921
 
"Dimanche dernier à Longchamps"
A gauche : Robe en crêpe Edelweiss noir avec tunique et manches de tulle bordées de franges d'autruche * . Cape de même crêpe doublé de crêpe de chine blanc."
Au centre : " Costume en gros shantung vert, la petite veste faisant paletot vague dans le dos, orné de broderie anglaise et dépassant de tussor blanc. Jupe en tussor uni et brodé."
A droite : "Petite veste de drap blanc brodée de soie, avec ceinture de perles noires rouges et blanches. Jupe de satin noir avec effets de drap blanc sur les cotés"
Illustration signée Dick 
  L'art et la Mode du 28 mai 1921
 
"Le crêpe samouraï"
A gauche : "Robe en crêpe samouraï rose, doublée de foulard cerise et marine"
Au centre : "Robe en crêpe samouraï gris, garnie de biais de tissus"
A droite : "Robe en crêpe samouraï jade et blanc"
Illustration signée S. Chigot
  L'art et la Mode du 28 mai 1921
 
"Les toilettes portées dans "La Petite Fonctionnaire" au théâtre Mogador, créations de Georgette"
A gauche : "Melle Edmée Favart porte une cape de crêpe marocain gris ramier formant gilet devant"
Au centre : " Melle Edmée Favard porte une robe en crêpe marocain gris ramier éclairée de borderie rose praline"
A droite : Melle Exiane porte une robe en crêpe louli œillet rouge liserée de blanc, et garnie de boutons de nacre blanche"
Illustration signée Meignoz
 L'art et la Mode du 28 mai 1921
 
"Les toilettes portées dans "La Petite Fonctionnaire" au théâtre Mogador, créations de Georgette"
A gauche :"Melle Louise Marquet porte une robe et une cape en satin Windsor noir, doublées de satin mauve hortensia"
Au centre : "Melle Edmée Favart porte une robe de crêpe Samothrace glycine garnie de satin du même ton"
A droite :"Melle Edmée Favart porte une robe en moire d'argent et perles"
Illustration anonyme
 L'art et la Mode du 28 mai 1921
 
 
 

Publicité pour les tissus Rodier Mai 1921

 Publicité pour les tissus Rodier - Mai 1921

Publicité pour les accessoires Roger Berthelin - Mai 1921

Publicité pour les produits de beauté Floréine - Illustration signée 
J. Kuhn Régnier
Mai 1921
 
 
 


 L'Art et la Mode du  Mai 1921
 L'Art et la Mode du  Mai  1921
L'Art et la Mode du 21 Mai 1921
L'Art et la Mode du 28 Mai 1921
 
*  Ce blog ne cautionne en aucune façon l'utilisation de la fourrure  ou des plumes véritables , qui devrait être interdite au XXIeme siècle. Toutefois, il est impossible de parler de la mode au XXeme siècle sans y faire référence."
 
Cet article est un hommage aux modes  des années 20. Un moyen de partager ma collection de revues anciennes avec d'autres passionné.e.s
Le but, clairement, n'est pas d'en tirer profit.


 Revues parues en 1921 dans le blog : 



 

Silhouette Printemps 1948 les collections de printemps

 
"Sur les collections de printemps
On ne saurait exactement parler de mode nouvelle, mais de mode affirmée : accentuation sur toute la ligne - c’est le cas de le dire – de cette féminité retrouvée voici deux saisons. Parce que la mode de printemps sort en taille, sans celer ses secrets sous le poids du manteau, elle abonde en détails nouveaux à base de fraicheur. Vogue de la lingerie qui éclaire les corsages et les manches, du jupon indiscret révélant les causes d'une ampleur. Vogue eu ruban dont on coud les robes, dont on les lie, dont on les drape. Vogue des quadrillés menus, des fins pied de poule, des rayures serrées, des tout petits pois.
Passons à l’essentiel : les modèles, pour la plupart, sont présentés sur des mannequins aux épaules normales. Il n'en reste pas moins que la ligne s'arrondit en coulant du cou vers les manches : elle opte pour le kimono, monté ou pas, pour la souplesse de l'emmanchure qui s’exagère parfois, sur les veste courtes, en effet de canadienne. Les cols sont Directoire,ou inexistants. On ferme haut les robes du matin, mais on leur ouvre franchement à partir de trois heures. La taille, plissée aux lois de la minceur, accentue encore celle ci sous le butes très dessiné. Après quoi, les hanches s'évasent, qu'une ceinture les souligne ou pas, qu'un rembourrage les épanouisse ou qu'une basque courte joue sur elle, tout autour ou partiellement. 
L’imprimé fait un peu tapisserie. La toile détrône pour les tailleurs d'été ; mais pour les robes de campagne ou de plage, il retrouve tout son charme, ponctué de blanc dur let mat. Et les broderies souples de cet hiver, se réclament maintenant du joaillier, fleurs de perles, guirlandes nacrées, arabesque de topaze soulignée d'un anoblissement la toile en contractant avec elle un mariage curieusement assorti qui tourne à leur double avantage » 
Silhouette, édition du printemps 1948 

Illustration pour la page de couverture de la revue Silhouette édition de printemps 1948 signée René Gruau. 

Au dessus : "Jean Desses et Christian Dior"
En dessous : "Robert Piguet et Jacques Fath"
Pas de descriptions détaillées 
Crédits photographiques : JL Moussempes
Silhouette, édition du printemps 1948

Illustration de René Grau pour une robe de Molyneux. 
Pas de descriptions détaillées
Silhouette, édition du printemps 1948

 "Christian  Dior n'est pas de ceux que le succès enivre. Quand on le vante en sa présence, il garde son air un peu distrait comme s'il s'agissait d'un tiers. Par ailleurs for bienveillant, Dior est gentiment curieux des êtres, du haut en bas de l'échelle. Souvent , on réalise que sa pensée s'évade : peut être rêve t'il à ce jardin ou il se réfugie pour le weekend - ou il se penche sur des fleurs qui lui font oublier les robes. Momentanément, Dieu merci !"
Illustration signée Bernard Blossac
Pas de descriptions détaillées
Silhouette, édition du printemps 1948 
 
"Robert Piguet se plait aux manières affables du XVIIIe siècle français. Fils de banquier dédaignant les chiffres, il commença, à 17 ans, son apprentissage chez Poiret alors au soir de sa carrière. Ce début au cœur d'extravagances développa chez Piguet un gout contraire: celui des lignes nettes, il aime les belles voitures, et son chien  : un boxer fauve, présent du dernier Noël"
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations attribuées à Bernard Blossac (pas de signature)
Silhouette, édition du printemps 1948

De gauche à droite : " Schiaparelli - Jeanne Lafaurie  -  Jeanne Lanvin  - Jacques Griffe  -   Molineux"
Pas de descriptions détaillées - Illustration anonyme
Silhouette, édition du printemps 1948

"Jeanne Lafaurie est douée d'une délicate fantaisie, elle s'habille le plus simplement du monde : d'un tailleur le plus souvent. Parce qu'elle ne craint pas les coups de dents de la presse, elle a installé un kiosque à journaux dans sa boutique de frivolités. Sa charmante fille va se marier et la robe nuptiale de la collection s'appelle "A quoi rêvent les jeunes filles". Elle est composée avec tout l'art du couturier et toute la tendresse d'une mère" 
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations anonymes  Bernard Blossac ? (pas de signature)
Silhouette, édition du printemps 1948

Ci dessus et ci dessous :
 "  Jacques Griffe est doté d'un tempérament affectueux et confiant ; à l'issue des présentations, il embrasse gentiment celles qui , sur le trottoir vont peut être réduire sa lige en lignes brisées... et qui auraient tort. Il a confié à Douking le soin de reproduire, pour y vendre des accessoires élégants, la soupente de Mimi Pinson : riante soupente d'opérette, avec son petit escalier enroulé, et le miroir, réduit aux dimensions d'un visage étroit et d'un bonnet fleuri"
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations anonymes  Bernard Blossac ? (pas de signature)
Silhouette, édition du printemps 1948 

 "Marcel Rochas, fin gourmet aime à inventer un plat comme à créer une robe : il prétend qu'une bonne cuisinière est aussi rare qu'un modéliste de talent. Peintre paysagiste à ses débuts, il apporte donc une même aisance à parler sauces, couleurs, chiffons. Ami cordial, tendre père, patron dynamique, Rochas mène son affaire rondement et ne balance  pas à en bouleverser la formule. Son éclectisme lui fait juger d'un bon exemple les changement de peau du serpent"
Pas de descriptions détaillées - Illustrations anonymes 
Silhouette, édition du printemps 1948

"Lucien Lelong est une sorte de pépiniériste pour  plantes rares, Balmain, Dior, entre autres, furent ses modélistes avant que de couper de leurs propres ciseaux. Non seulement créateur, mais organisateur Lelong fut Président effectif de la Chambre syndicale de la Couture, avant d'en être le président honoraire. Sa sureté de gout est héréditaire, car il est fils de couturier, mais sa fille s'aiguille vers la chirurgie. Et Lelong yachtman fervent, oublie en haute mer les soucis de l'heure."
Pas de descriptions détaillées 
Crédit photographique : A Ostier
Silhouette, édition du printemps 1948

"Jaques Fath, après avoir tenté de réformer la tenue masculine du soir, condamne les visages glabres et laisser pousser sa moustache. Son point de vue est celui d'un décodeur ; il joue la difficulté dans l'assemblage inopiné et savant des couleurs. Est ce la sortie de Ruy Blass - film - qui lui inspira ces justaucorps en daim. Et l'on se demande ce que seront les réactions des mers d'été , jouant sur des costumes de gain en même matière...."
Pas de descriptions détaillées 
Crédit photographique : A. Ostier ?
Silhouette, édition du printemps 1948

 "Jean Dessès, toujours de bonne humeur est un homme heureux : cela explique ceci, souvent. Mais le secret de ce bonheur, c'est que Dessès aime son métier, qu'il en avait la vocation dès son jeune age, disposant autour d'un mère patiente tout l’ampleur d'un drap de lit. Il est son propre modéliste : la Grèce et l’Égypte l'inspirent , il y va souvent. Occupé, présentement, à un moins long voyage, il quitte l'avenue George V pour l’hôtel de Mme Eiffel, rue Rabelais"
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations signée HL48
Silhouette, édition du printemps 1948

"Paquin en 1890 s'installa rue de la Paix : elle fut la première à placer la couture sur un plan mondain et très invitée, lançait ses robes en les portant. Marcel Proust fit étaler sur son lit de malade la robe d'or de Paquin qu'il fait porter à Oriane de Guermantes. Aujourd'hui, Mme Colette Massignac emploie son talent et sa jeunesse à créer les modèles dont quelques uns évoquent les grand succès de Paquin 1905...."
Pas de descriptions détaillées  - Pas de crédits photographiques
Silhouette, édition du printemps 1948

"Pierre Balmain qui se plait à habiller les autres ne se soucie guère de ce qu'il porte. Sportif passionné, il l'est aussi d'allure et de vêture. Il possède pourtant, son métier jusqu'au bout des doigts. Premier arrivé, dernier à partir, il dessine, coupe, épingle ses modèles sans le secours d’aucun. Tout ce qui est typiquement féminin le charme : féminine est, dès toujours, la devise de sa maison. Et ses mannequins, qu'il dresse soigneusement, sont choisis parmi les plus jolies femmes de Paris"
Pas de descriptions détaillées - Pas de crédits photographiques
Silhouette, édition du printemps 1948 
 
 

"Figures de proue... l'élégance du soir est celle qui comporte le plus de variantes : du petit diner au gala tardif. Pour danser, la mousseline plissée soleil coule des décolletés chastes ou bateaux, de fausses berthes. On marie de taffetas rayé des corsages en toile vive, brodés comme des chasubles, sertis comme des chasses. Sur d'amples jupes d'organdi, en corolles ou à volants, on porte des tuniques asymétriques, sortes de fracs immenses en tissu rigide et soyeux. On note, sur des mélanges d’imprimé et d'uni, des effets coup de vent qui chassent l'un vers l'autre. Et la robe du soir en lingerie voile un fond de couleur tendre ou s'en tient à ses seuls effets innocents et crémeux"

"Maggy Rouff"
Pas de descriptions détaillées 
Crédits photographiques : Moussempes
Silhouette, édition du printemps 1948

"Paquin"
Pas de descriptions détaillées  - Pas de Crédits photographiques
Silhouette, édition du printemps 1948

"Lucien Lelong" 
Pas de descriptions détaillées - Pas de Crédits photographiques
Silhouette, édition du printemps 1948

"Jacques Heim" 
Pas de descriptions détaillées - Pas de Crédits photographiques
Silhouette, édition du printemps 1948

Ci dessus : Worth
Ci dessous Marchel Rochas
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations signées René Gruau
Silhouette, édition du printemps 1948

"Nina Ricci enfant, exerçait son art naissant sur des poupées et leur confectionnait des collections de chapeaux. Elle aime à sculpter, à discourir politique et philosophie autant que couture. Mais éprise de mesure, elle considère avec effroi notre monde déréglé. Cette rupture d'équilibre général, Mme Nina Ricci l'a récemment déploré, au cours d'un  voyage à New York, ou les élégantes, dit elles , s'habillent trop long pour le jour, trop court pour le soir"
Pas de descriptions détaillées 
Crédits photographiques : Remy Duval
Silhouette, édition du printemps 1948
 
A gauche : Mad Carpentier
A droite : Lucien Lelong
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations signées René Gruau
Silhouette, édition du printemps 1948

A gauche, Molyneux
A droite, Grès
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations signées René Gruau
Silhouette, édition du printemps 1948

Photographie : Bruyère
Illustrations de gauche à droite : Henriette Beaujeu, Marcelle Dormoy, Jean Farelli
Pas de descriptions détaillées 
 Crédits photographiques : Moussempes
Illustrations paraphées n a d
Silhouette, édition du printemps 1948
 
Illustration a gauche Jean Ferell, à droite Germaine Lecomte
Photographie Pierre Balmain
Pas de descriptions détaillées   
Crédits photographiques : Moussempes  - Illustrations paraphées n a d
Silhouette, édition du printemps 1948
 
 
Marcelle Chaumont :
"Robe en taffetas froncé marine; pèlerine en organdi."
"Tailleur en gros surah marine à pois blancs"
Pas de descriptions détaillées 
Crédits photographiques : Remy Duval
Silhouette, édition du printemps 1948 
 
 
"Rubans en tête... [] toutes les femmes transposent le refrain qu'elles chantaient petites filles;, en claquant dans leurs mains, entre la leçon de francais et la classe de mathématiques : "la mode m'a donné des rubans, des ruban-nes... La mode m'a donné des rubans satinés".....

"Paquin"
Pas de descriptions détaillées 
Pas de crédits photographiques
Silhouette, édition du printemps 1948

A gauche : "Claude St Cyr"
A droite : "Legroux" 
Pas de descriptions détaillées 
Pas de crédits photographiques :
Silhouette, édition du printemps 1948
 
De gauche à droite : Le Monnier - Jeanne Blanchot - Domino"
Pas de descriptions détaillées 
Crédits photographiques : Forlano
Silhouette, édition du printemps 1948

Au dessus :" Maud et Nano - Sygur"
Ci dessous : "Paulette"
Pas de descriptions détaillées 
Crédits photographiques : Forlano
Silhouette, édition du printemps 1948 


 
"Demi teinte"

 A gauche : "Jacques Fath, robe en crêpe imprimé lentille et noir"
A droite : "Pierre Balmain, deux pièces imprimé de dessus "bois"
Crédits photographiques : Gorski
Silhouette, édition du printemps 1948

 A gauche : "Christian Dior, robe manteau en crêpe gris blanc"
A droite : "Christian Dior, robe "en taille" beige quadrillé noir, écharpe orange."
Crédits photographiques : Gorski
Silhouette, édition du printemps 1948

 A gauche : "Jacques Fath"
A droite : "Jeanne Lanvin"
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations signées René Gruau
Silhouette, édition du printemps 1948

 De gauche : "Catherine Paqrel - Alex Maguy -  Henry à la Pensée"
Pas de descriptions détaillées 
Illustrations signées N.A. Dagand
Silhouette, édition du printemps 1948

 "Pierre Balmain, deux pièces en tortaz tourterelle à bandes jaunes. Jaquette courte ajustée, manches remontées sous le coude, jupe très large"
Pas de crédits photographiques
Silhouette, édition du printemps 1948
 
 "Jean Dessès, oppose d'une amusante façon cette jupe froncée en lainage noir quadrillé blanc, à une veste en velours tilleul haut boutonnée"
  Crédits photographiques : Remy Duval
Silhouette, édition du printemps 1948


 "Paquin , tailleur en toile "auto" grège, jupe large et courte jaquette travaillée de nervures"
Illustration signée HL48
Silhouette, édition du printemps 1948


"Jacques Griffe, jaquette à basque en forme, en tissu quadrillé marine et blanc, fermée sous un col  de toile blanche. Jupe en lainage marine"
 Illustration signée HL48
Silhouette, édition du printemps 1948


"Bruyère, robe en lainage marine simulant en deux pièces par le boutonnage du corsage  et le plissé des hanches, col bordé d'organdi blanc"
 Illustration signé hl48
Silhouette, édition du printemps 1948

"Jacques Heim, redingote kimono aux manches trois quarts, jupe à plis souples. Pied de poule noir et blanc "
  Crédits photographiques : Remy Duval
Silhouette, édition du printemps 1948

 "Charles Montaigne, tailleur matinal en lainage vert camaïeu, jaquette très cintrée, chemisier en crêpe rose, jupe en forme"
  Crédits photographiques : Remy Duval
Silhouette, édition du printemps 1948

"Jean Farell, tailleur en reps gris bordé de ganse noire, jupe plissée, robe d'après midi en crepe imprimé à pois, travaillée d'un volant froncé"
Illustrations signées N.A. Dagand
Silhouette, édition du printemps 1948

"Line  Carmine, robe en lainage jacinthe, feutre rose  -  Chiffonnier en palissandre et laque or Jacques Duberry"
Crédits photographiques : Remy Duval
Silhouette, édition du printemps 1948

"Rosine Paris, tailleur d'après midi, jaquette en faille marine portée sur une jupe en taffetas quadrillé marine et blanc"
 Illustration signée n a d
Silhouette, édition du printemps 1948

 "André Ledoux, deux pièces en lainage, même larges plis souples dans le dos de la jaquette et de la jupe"
 Crédits photographiques : Baranowski
Silhouette, édition du printemps 1948



Publicité pour la gaine Scandale
Illustration signée  Facon Marrec
 Silhouette, édition du printemps 1948
 
Publicité pour les bas Jil
 Silhouette, édition du printemps 1948 
 
Publicité pour les parfums Jean Dessès"
Illustration signée  Tom  Keogh
 Silhouette, édition du printemps 1948
 
 
 
 
Cet article est un hommage aux modes  des années 40. Un moyen de partager ma collection de revues anciennes avec d'autres passionné.e.s
Le but, clairement, n'est pas d'en tirer profit.


 Revues parues en 1948 dans le blog :