J. D Modes novembre 1959


"Hubert de Givenchy, la toque haute cache chignon en plumes d'autruches * ; si vous avez un profil très pur et un ovale mince qui vous permettent de supporter des cheveux tirés en hauteur, si vous aimez, après cinq heures, un chapeau plus habillé. "
Photographie Horvat - J. des Modes Novembre 1959
 
 
"Le Secret de Givenchy"
"Deux idoles de marbre, vieilles de 4000 ans, jeunes comme les formes les plus vivantes de l'art d'avant garde, voile le secret d'Hubert de Givenchy. Il est rare que les grands couturiers consentent à révéler comment une ligne s'impose à eux pour devenir le thème majeur de leur inspiration. Givenchy a fait  une exception en notre faveur : il nous a démontré, preuves à l'appui, comment sa collection d'hiver, dans ce qu'elle a de plus jeune et de plus moderne, avait pu sortir tout droit des statues de marbre des Cyclades. Non par caprice de créateur, mais en vertu de ces coïncidences qui font se retrouver, d'un art à l'autre, par dessus les siècles, le gout des mêmes proportions, de la même pureté de lignes. La silhouette Givenchy, la voici : tête étirée, corps en carré passé sur un triangle... incroyable ? "
J. des Modes de novembre 1959
 
"L'idole trapue en marbre de Cyros a les mêmes contours que le manteau réversible gris foncé, ou l'on retrouve, en un équilibre aussi satisfaisant, une extraordinaire largeur de buste solidement carrée sur les épaules massives. Le deux pièces hiératique en jersey beige a ceinture de chevreau noir *  inspire à celle qui la porte l’attitude même de l'idole longue en marbre de Paros dont elle redessine le décolleté" 
Photographie Horvat - J. des Modes de novembre 1959

"Car Givenchy avait l'art des Cyclades en tête même en choisissant ses mannequin, en les coiffant de chapeaux chignons pour étier leurs têtes vers le haut comme celles des petits dieux de marbre d'Amorgos, en accentuant sous le volume cubique d'un chapeau de tweed ou sous la chute pure d'une robe de lainage brun (ci dessus) , l’extrême étroitesse des jambes, en  travaillant les tissus en tombés nettes et durs pour évoquer mieux encore le marbre (ci dessous)"'
Photographie Horvat - J. D Modes de novembre 1959 
 
 
"Givenchy : les cuirs * style moto"
"Le cuir est une très belle matière quand elle est bien employée. Nous avons toutes admiré les buffleteries rutilantes des motocyclistes d'honneur qui accompagnent les dignitaires. Ces manteaux de sport qui nous ramènent à l'époque actuelle nous démontrent brillamment que  le cuir est aussi synonyme d'élégance"
Photographie Derly - Jardin D M. de novembre 1959 

"Un manteau croisé, doublé d'ocelot *, en daim * tête de nègre"
Photographie Derly - Jardin D M. de novembre 1959

A gauche : "Un 7/8 de cuir noir doublé de poulain * blanc réversible, porté sur un deux pièces de jersey gris."
A droite : "Un autre 7/8 de cuir noir, doublé de vison * noir réversible, accompagné d'un deux pièce de tricot rose."
"Les deux grands cols ne sont que des écharpes bien drapées"
 Photographie Derly - Jardin D M. de novembre 1959
 
 
"Givenchy : les redingotes style anglais"
"Elles nous font rêver au thés de cinq heures, à un Colonel Bramble qui serait allé aux Indes, au cricket, aux brouillards sur la Tamise, à nos premières "conversations" en anglais. Mais elles sont si féminines et si douces que nous les avons aimées dès la minute ou nous les avons vues, car elles sont faites pour la dignité sans rigueur, pour l'élégance sans faille, pour la distinction sans aucune outrance.
Voici les trois redingotes qui annoncent une ligne nouvelle, plus épurée, plus difficile peut être. Elles sont toutes les trois à peine galbées, parfois un peu au dessus de la taille, toujours étroites. Le manteau du Colonel vient de Partner"
J. des Modes de novembre 1959
 


"Hors concours les tailleurs Balenciaga"
"Dans une collection ou triomphent  comme à l'habitude l'art de la coupe, le sens de la construction, et l'élégance d'autant plus raffinée qu'elle est simple, les tailleurs de Balenciaga ont une place à part. Ils sont galbés devant - à peine - soulignant le buste comme par hasard sans jamais le marquer, droits derrière, allongés juste assez pour ne pas déséquilibrer la ligne : leurs jupes sont droites ou assouplies par des pinces ; leur couleur va du noir au beige  (à droite) en passant par cet extraordinaire marron tirant sur le violine (à gauche de face et de profil) . Ils sont accompagnés par des chapeaux qui toujours achèvent leur équilibre ; casques galbés et profonds qui encadrent le visage, très grandes cloches en mélusine, en taupé ou même en fourrure, portées très droites. Les bijoux sont somptueux et simples à la fois, pendentifs de perles à la fin desquels oscille une boule de perles, broches immenses."
Dessins de Falk - Jardin D M. de novembre 1959
 

 
"Les turqueries de Monsieur de Givenchy"
"Hauts plumets, turbans côtelés comme melons, voici revenus les ballets du grand turc à la cour ru Roi Louis XIV avec leurs cols changeants et leurs écharpes semblables à des accessoires de scène, tant voilant le visage, tanto s'enroulant et tant se brisant en des lignes inattendues, les robes du soir de Givenchy ont des Bizarreries orientales qui n'enlèvent rien à leur implacable netteté"
 Dessins Baschmakoff - J. des Modes de novembre 1959
 


 
 
"En France on ne s'habille plus" Vous aussi vous avez entendu cette formule. Et vous vous êtes peut être indignée. Ce n'est pas . Il  y a encore des femmes qui ne vont pas en sweater au restaurant ou tau théâtre. Même si c'est pour elle un tour de force de rentrer chez elles après le bureau pour changer de personnage à toute vitesse et réapparaitre, coiffée, maquillées, brillante, sous la forme d'une femme qui n'a rien d'autre à faire que d'être belle, et de passer des soirées agréables. Mais cette course contre la montre devient de plus en plus difficile. Vous ne le savez que trop. Faute de temps, on en arrive à s’habiller moins et c'est dommage. On en sacrifie pas seulement l'élégance, mais le plaisir qu'on  trouve à changer d'humeur, à se changer, au sens propre, en changeant de robe. Voila pourquoi nous avons voulu consacrer la moitie de ce numéro à ces tenues du soir, que vous aviez presque tendance à oublier."
Jardin des M. novembre 1959
 
"La tenue de minuit. Elle porte une robe de Chloé en organdi de soie brodé brun foncé de Bodin à double jupe. Lui un smoking droit en alpaga noir, pantalon sans revers ni ruban, Arnys"
Photographie Horak - Jardin des M. novembre 1959
 
"Six heure, le coquetel"
 "Elle -  aime avant tout les tenues sport, même quand elle s’habille. Elle allie ici son amour du chemisier à l'heure coquetel car son ensemble est en satin aubergine. Elle porte de chemisier souplement ceinturé sur une jupe droite. Germaine et Jane"
"Lui -  à l'heure de l’apéritif, est classique est assez strict dans son élégance. Son costume est toujours foncé, dans les tons noir, gris ou marine, dans un tissu assez sec, genre "Caviar" ou "Pick Pick". Ici il est noir pointillé de blanc. Il l'a choisi droit à trois boutons, de style anglais . Eddy"
 Photographie Horak - Jardin des M. novembre 1959
 
"Huit heures le diner"
"Elle -  à l'heure du dénier, retrouve avec plaisir la robe noire, à tout jamais élégante, et seyant et facile. Elle porte ici un fourreau de Chloé en crêpe de laine, qu'elle a choisi en fonction de a ligne : taille basse et jupe souple mais aussi à cause du décolleté rond qui mettra l'éclat de son visage en valeur pendant le diner 'quand on ne voit plus des robes que le corsage"
"Lui - s'en tient à l’élégance stricte, d'inspiration anglaise que Monsieur JM  lui a fait aimer cet hiver Pour ses diner d'affaire comme pour les petits diners, (plus agréables) ou il emmène sa femme, il porte un costume de flanelle foncée, gris anthracite à fines rayures blanches à peine visibles. Veston droit à trois boutons pantalon sans revers, rien de plus classique - Lorenzo"
 Photographie Horak - Jardin des M. novembre 1959

"Neuf heures le théâtre"
"Elle - aime s'habiller pour aller au théâtre. Mais elle sait  que la place y est mesurée et elle n'aime pas se faire remarquer. C'est pourquoi elle a choisi un ensemble en jersey lamé et rayonne noir. Elegant et sobre il a l'avantage de ne pas se froisser. La robe sans manches est décolletée modérément, le cardigan droit et long épouse exactement la forme de ce décolleté. Henry à la Pensée"
"Lui - pour aller au théâtre réservant le smoking aux premières, adopte une tenue très foncée, noire de préférence ou marine, une chemise toujours blanche parfois assez habillée, et une cravate foncée et sobre. Son costume ici, est en flanelle noire ou gris foncé. La veste est très classique, à petits revers, mais assez longue. sa cravate finement rayée en oblique vient de Lorenzo. Gillio"
Photographie Horak - Jardin des M. novembre 1959

"Minuit le cabaret"
"Elle - sait que pour les sorties nocturnes, le manteau compte autant que la robe. Sur toutes les robes de minuit, elle porte un duffle coat en satin noir très ample, dont le capuchon a le style féérique des nuits d'hiver. Hemcey"
"Lui - Met presque un point d'honneur à choisir aux heures les plus habillées, tes tenues les plus sévères et les plus dignes. La ou son grand père revêtait volontiers la somptueuse cape de style Arsène Lupin, il préfère résolument le pardessus aux lignes strictes. Mais il le choisit sans de très beaux tissus, à la fois luxueux, chaud et discrets. Il irait volontiers jusqu'au pardessus de vigogne doublé de ragondin, voire de vison, s'il en avait les moyens. Ici, il a choisi, raisonnablement, un manteau en cashmere marine, à martingale, boutonné droit, et légèrement cintré devant. Très bien coupé, très léger, très chaud, élégants jusqu'aux  détails les plus secrets  puisqu'il est doublé de flanelle blanche et que ses garnitures intérieures sont en peau. Romoli"
 Photographie Horak - Jardin des M. novembre 1959
 
Accessoires
 Photographie Horak - Jardin des M. novembre 1959
 

"Changez vous après cinq heures"
 Et choisissez pour danser ces robes aux couleurs violentes, dont l’ampleur ronde se gonfle au montage de la jupe pour retomber, toute droite, souvent sur une seconde jupe.
 
De gauche à droite :
"Orange, en faille organsin , jupe montée bas, avec deux volants doubles gonflés, Chloé"
"Émeraude, en satin, décolleté rond, plus profond au dos, corsage long et double jupe montée sous la taille Pierre Billet"
"Violet vif, en satin, encolure ronde, corsage long et jupe très gonflée au dessous de la taille, Alaine"
 Photographie Horak - J. D Modes. novembre 1959
 
 
 "Minuit, les robes globes"
"Avec leur ligne très jeune, elles jouent, les petits sujets romantiques. Mais elles ont les audaces 1960 : grand écossais de couleurs et .... toujours doubles jupes"

De gauche à droite :
"En taffetas de soie naturelle rouge et vert vif, jupe fendue en queue d'hirondelle, Dix Sept"
"En faille de  rayonne et coton beige brun et turquoise, ruban de velours noué sur la double jupe Henry à la Pensée"
"En laine et tayonne brun et orange, grand volant en biais froncé, Chloée
  Photographie Horak - J. D Modes. novembre 1959


"Les fourrures glissantes"
"Souples, simples et précieuse à la fois, elles sont le dernier raffinement d'une mode raffinée."

De gauche à droite :
"Pierre Balmain, hermine et breitschwanz *  s'unissent somptueusement sur un double manteau kimono" - "Jean Patou, un col en zibeline *  drapée réchauffe le breitschwanz noir  * souple comme un velours" - "Jassel, agneau des indes chocolat * , c'est toute l'élégance d'un pardessus par ailleurs classique"
Jardin D M. novembre 1959
 
De gauche à droite
"Mendel Maggy Rouff, loutre du Brésil naturelle * , col de vison tourmaline * "  -  "Fourrure Max Leroy  loutre du brésil sable * , col de vison tourmaline* " -  "Renel . Castor Kotoyu - col de vison  * aléoutien  pour un beau manteau droit fendu sur les cotés"
 Jardin D M. novembre 1959

"Révillon, deux manteaux ceinturés en loutre du Brésil * , le premier, sable a un immense col en renard aurore * , le second marron, croisé, un col en loutre du canada * "
 Jardin D M. novembre 1959
 
De gauche à droite
"Bradley"s Furs, blue black pour un pardesus à martingale, très jeune malgré sa grande élétgance" - "Hubert de Givenchy,  loutre d'Hudson * pour un manteau croisé et une grande toque à la Russe" - "Lanvin Castillo, castor rasé naturel * pour une veste croisée à grand collet"
Dessins de Darnat - 
Jardin D M. novembre 1959 


"Patrons D.H. d'après 5 heures"

 A gauche : "La robe nouveau décolleté est en satin de soie bleu pale"
A droite : "Le deux pièces de diner en crêpe est en épais crêpe beige. Le blouson noué s'ouvre sur une robe souple"
J. D Modes novembre 1959

A gauche : "Le tailleur long ceinturé souple est en tweed jaspé bleu et brun, col souple et manches kimono. Chapeau de même tissus"
A droite : "Le tailleur souple toujours gansé est en tweed turquoise, blanc et beige, col retourné et manches boutonnées. c'est la lisière du tissu qui est utilisée en ganse. Chapeau du même tissus"
J. D Modes novembre 1959 


"La collection J.M"
"Créé pour vous, à travers vous, voici la collection J.M. du mois de novembre. tout comme celle du mois dernier, elle a été pensée, dessinée, exécutée en fonction de la mode que vous aimez, celle qui vous permet d'être tout à fait élégante, sans aucune outrance. Les tissus , les couleurs, ont été choisis avec un soin extreme. Nous espérons que vous les adopterez tels qu'ils sont car ils représentent le détail qui vous permettra d’être tout à fait au gout de l'hiver 1960"

 "6 heures"
A gauche : "Le tailleur cache cache. Très J.M le tailleur presque sport qu'on porte à l'heure du cocktail. Très 1960, l'épais jersey granité en pure laine peignée, la veste ras du cou qui semble fermée par un unique gros bouton, les autres se boutonnant sous la parementure. Très facile à adapter à n'importe quelle silhouette, la ligne de cette veste , peine galbée par des coutures bretelles. Modèles exécuté par la Maison Jeanette."
A droite : " La blouse bulle.Très inattendu et raffinée la blouse en tussah de soie qui apparait après 5 heures, sous la veste du tailleur. Très à la mode, le gris anthracite avec le beige, le tissu léger à coté du tissu épais, la ligne bulle de la blouse coulissée et froncée à l'encolure et sous la taille, la jupe à pinces obliques. "
Jardin D. M. novembre 1959
 
"8 heures : la robe double mode et le manteau double ligne"
A gauche : "La robe double mode. Le tissus le plus à la mode : le crêpe. La couleur la plus à la mode : le violet. Et une ligne toute simple : à peine blousante au dos, et drapée à la taille devant. C'est le robe de diner la plus facile à faire et à porter. Elle est tout en douceur et en souplesse avec son décolleté bateau retourné, son corsage glissant, sa jupe que le crêpe fait tomber d'une manière toute nouvelle."
A droite : "Le manteau double ligne. C'est celui que vous enfilerez avec plaisir pour aller diner chez des amis. A cause de sa couleur : le violet foncé, tout neuf dans la mode. A cause de sa ligne aussi : il semble simple et droit, vu de face. Mais de dos, il a le volume énorme et équlibré à quoi l'on reconnait le style nouveau. "
 Jardin D. M. novembre 1959

"10 heures : la fourrure de tricot et les manches cloches"
"La fourrure de tricot .C'est le tricot du J. D Modes, c'est (presque) un manteau de fourrure et il ne vous coutera que 10.000 francs de laine. Il est fait dans une belle laine "astrakan" des laines du Pingouin qui existe dans tous les tons de fourrure : blanc, noir, gris, phoque et beige vison. En blanc il sera digne d'accompagner une robe noire au cinéma ou dans un cabaret de jeunes."
"Les manches cloches. Les manches raglan rondes, le lainage mohair, la couleur ambre doré, le blouson froncé à ceinture nouée...  c'est l'ensemble à la pointe de la mode pour celles qui veulent oublier le soir leurs tenues classiques de la journée. Il vous donnera l'air à l'aise pour toutes les sorties d'après diner. La jupe est montée sur une combinaison en crêpe de Chine du même ton."
 Jardin D. M. novembre 1959
 
"Minuit : la robe fausse ingénue et la tunique illusion"
A gauche : "La robe fausse ingénue. Tout ce qu'il y a  de jeune dans la mode : le décolleté rond, plus profond au dos, la ligne infante à taille longue  et jupe gonflée à la pointe des hanches. C'est la robe avec laquelle on peut sortir et danser jusqu'à minuit. Elle est faite dans un nouveau tissu côtelé de laine et Rhodia. "
A droite : "La tunique illusion. Très 1960. très raffinée. Très élégante, la tenue diner théâtre cabaret à l'air d'une tunique et l'aisance d'une robe. Le haut en mousseline de soie plissée, doublé d'une faille légère et resserré à la taille par un lien noué, est monté au-dessous des hanches sur une bande droite en faille de rayonne. "
 Jardin D. M. novembre 1959
 
 
"Prêt à porter : un ensemble en drap à la veste doublée de Kalgan exécuté par vous par Fouks. Vous le voyez dessiné ci dessous : la veste à la nouvelle longueur, appuyée à la taille devant, et la jupe étroite. C'est la bonne tenue d'hiver, d'une ligne classique seyante à toutes. Pour vous qui êtes un peut ronde, il se fait non fourré. Vous les porterez avec une toque en Kalgan des accessoires bruns et le sweater prêt à faire en Lam Laine du ton de la fourrure. Il est très facile à exécuter."
J. D Modes novembre 1959
 


 
 "Seuls chez eux, amoureux de leur confort"

"Elle, câline, choisit pour lui plaire une longue jupe écossaise et un chemisier de soie Henry à la Pensée" -  "Lui, solide et confortable aime conserver un vrai costume mais le choisit en velours uni, mat, de ton  brun clair - Delion"
Fonds de Y. Allard - Photographie J.L. Sieff  - Jardin D M. novembre 1959

"Elle, attendrie, porte pour lui un pantalon de satin noir et une ample tunique en mohair et lurex, marron noir et blanc, Lola Prusac" - "Lui, rêveur  et peut être fatigué, est à son aise dans une veste tricotée, à col châle, en quanaco vert chiné, Eddy. Fauteuil de Comoglio"
 Fonds de Y. Allard - Photographie J.L. Sieff  - Jardin D M. novembre 1959
 
"Elle, charmeuse et élégante, mise sur le satin duchesse rouge, robe d'intérieur courte de Candide "- "Lui, conquis, adopte une robe de chambre courte en soie, doupionnée noire, Granval"
Fonds de Y. Allard - Photographie J.L. Sieff  -  Jardin D M. novembre 1959

"Elle, mutine aime de confort d'un pyjama d'intérieur en velours chocolat, Dix Sept" - "Lui , romantique opte pour la veste d'intérieur en lainage rayé noir, gris et bordeau, Arnys"
Fonds de Y. Allard - Photographie J.L. Sieff  - Jardin D M. novembre 1959
 
A gauche fourreau à taille longue Garrigue -  A droite robe à volants bouffants faite en taffetas  chez Francaise- - Montre Lip Ariane.
Publi reportage  novembre 1959

A gauche Robe de tweed laine et mohair gros boutons Vog - A droite Robe de danse à gros plis formant tunique en satin Léonard
 Publi reportage  novembre 1959

A gauche pelisse en satin Buffle  Marie Martine -  A droite : Manteau imperméable habillé  Valbène
  Publi reportage  novembre 1959
 
A gauche ensemble - pièces en shetland bouclette -  A droite robe en broché lamé or à relief
Les deux chez Brigitte de Cannes
  Publi reportage  novembre 1959

A gauche ample manteau de gros lainage mohair et laine - A droite robe en dentelle de laine à gros relief ceinture de satin - Les deux chez Tiktiner
  Publi reportage  novembre 1959

A gauche Robe de satin à effet de tunique et jupe amovible Dix sept -  A droite robe en faconné rhodia
Publi reportage  novembre 1959 
 
A gauche fourreau en faconné noir décolleté rond et manches tube -  A droite Robe à volants formant tunique en faille - Les deux chez Chloé
Publi reportage  novembre 1959 
 
A gauche costume de ville pour homme forme droite ou 6 boutons - A droite vêtement masculin habillé d'une coupe sobre exécute en serge rasée bleu nuit - Les deux chez Gilio
Publi reportage  novembre 1959 
 
Publicité pour la boisson Rapha novembre 1959

Publicité pour le fond de teint Sophisti Fluid de Chen YU
Novembre 1959

Publicité pour le vernis à ongle Bengali de Chen Yu
Novembre 1959

----------------------------------------------
 
 * Ce blog ne cautionne en aucune façon l'utilisation de la fourrure  ou des plumes véritables , qui devrait être interdite au XXIeme siècle. Toutefois, il est impossible de parler de la mode au XXeme siècle sans y faire référence."
 
 
 
Cet article est un hommage aux modes  des années 50. Un moyen de partager ma collection de revues anciennes avec d'autres passionné.e.s
Le but, clairement, n'est pas d'en tirer profit ou de léser quiconque