Les Modes - Robes de deuil 1912-1935*

 Le deuil à la Belle Époque vu par la  revue les Modes


"C'est la fête des deuils, nul ne cherche à s'y soustraire, et c'est pour cela que même en ces pages, d'habitudes d'ordinaire à de plus frivoles propos, il faut aujourd'hui faire une place au deuil, puisqu'il est, hélas  l'évocation d'une heure qui trace son sillon dans toute existence...[...]. Les vêtement de deuil ont atteint à une pureté de lignes, à une harmonie d'attitudes rarement rencontrées en des atours moins austères : des voiles gris de la pale Antigone aux enroulements de crêpe anglais qui drapent nos contemporaines, il y a une sorte de filiation [.] Il est des toilettes, même faites en crêpe, qui sont la négation du principe du deuil et qui, par une outrance de fantaisie, manquent totalement le but  qu'elles se proposent d'atteindre"
Extrait d'un  article paru dans la revue Les Modes de novembre 1913



 "Le Deuil" robes d'après midi en crêpe anglais
Modèle et dessin non attribués
Les Modes Avril  1912 n°136


 "Le Deuil" robes d'après midi en crêpe anglais
Modèle et dessin non attribués
Les Modes décembre 1912 n°144


"  Mais voici qu'à coté des plaintes de deuil s'élève, comme un hymne superbe, la voix généreuse de tant de héros disparus pour leur devoir, pour la gloire, et cela redonne à tous une noble fierté,  la confiance et l'espoir en l'avenir, en des jours apaisés et meilleurs plus heureux, s'il plait au ciel... et la vie continue . Il y a aussi une sorte de beauté à ne point se laisser terrasser par les souvenirs amers, une force à sourire après avoir pleuré... et c'est  en cela que la mission féminine se manifeste plus peut être que partout ailleurs : consolatrice elle doit encore apportera  tout ce qu'elle touche la vision de grâce et de charme sans laquelle le monde aurait moins de lumière, et cette chose frivole et futile en apparence, la mode, contribue pour une part, non la moindre peut être, à cette reprise de la vie sociale... qui est, elle aussi une part de la vie, sans qualificatif"
Extrait d'un article paru dans la revue Les Modes de juin 1912


 "Le Deuil" Robe d’après midi en crêpe anglais mi partie noir et blanc
Création de la Maison Beer
Photographie Talbot
Les Modes Février 1913 n °146


 "Le Deuil" toilette pour jeune fille - crêpe anglais blanc - création de la maison Agnès
Photographie Talbot
Les Modes Février 1913 n°146


 "Le Deuil" robe en crêpe - Création de Buzenet
Photographie Talbot
Les Modes d'octobre 1913 n°154




Le deuil pendant la première guerre mondiale (jusqu'en 1919) dans la revue Les Modes

"Eh oui, il faut bien le reconnaître : nos deuils s'allègent, au moins dans les manifestations extérieures de la vie mondaine ; ils se parent de quelques coquetteries. Non que la douleur soit moins profonde, moins sincère, mais la femme la plus cruellement atteinte sait dominer son désespoir, refouler ses larmes et en effacer la trace sous l'artifice des fards et des chiffons. C'est un nouvel héroïsme qui n'est pas sans grandeur. La douleur inconsolable a sa pudeur"
Extrait d'un éditorial signé Marquise de Noy - Les modes  avril 1914



 "Le Deuil" Robe d'après midi en crêpe anglais  - Création de Parent Soeur
Photographie Talbot
Les Modes Janvier 1914-01


 "Le deuil" Robe d'après midi en crêpe anglais  créé par Cécile et Lafontan
Photographie Talbot
Les modes Avril 1914 n°160


 "Le deuil" Robe d'après midi en crêpe anglais, création Laferrière
Photographie Talbot
Les modes de Mai 1914 n°161


" Mais cette joie d'élégance, si captivante à contempler, il n'est pas toujours besoin de si brillantes visions pour nous en conter la jouissance : la mélancolie d'atours de deuil elle même peut aussi nous la procurer; cette pensée me venait en regardant la toute gracieuse figure endeuillée qui parait en ce numéro des modes , est chargée d'y montrer le charme triomphant et le succès incontesté de ce roi des tissus de deuil : le crêpe anglais ; nulle étoffe , même parmi les plus somptueuses et les plus riches, les plus moelleuses et les plus symphoniques, ne peut en surpasser la suprême distinction, l'allure merveilleusement seyante, l’"harmonie en noir majeur"' comme eut dit Whistler, la matité profonde, et l’éclat de reflets mettant sa touche de lumière sur le fond sombre et cependant vaporeux."
Extrait d'un article paru dans la revue Les Modes de février 1914


 Robe de deuil de la maison  "Au Sablier" portée par
Melle Lotta Doria de l’Opéra Comique
Photographie Henri Manuel
Les Modes 1919 - N°181


 Robe de deuil en crêpe myosotis , création de la maison Au Sablier
Portée par Melle Lotta Doria de l’Opéra Comique
Photographie Henri Manuel
Les modes 1919 n°182


"Nous assistons en ce moment à l'un des renouveau de l'histoire qui, pour être presque attendu par ceux qui observent les événements , n'en reste pas moins un sujet de surprise par l'intensité de vie qu'il manifeste chez les peuples, qui, ayant traversé une épreuve formidable et encore tout meurtris des luttes et des angoisses, des deuils même, mais transfigurés par la joie victorieuse d'avoir surmonté le choc, fusse au prix de sacrifices innombrables autant qu’héroïques, reprennent avec un indomptable énergie la '"course au flambeau", la marche en avant,  la conquête du progrès , et jusqu'à leur plaisir, dont l'attrait parait revêtir une hâte fébrile après avoir été si longtemps bannis des pensées et des cœurs."
Extrait d'un article paru dans la revue Les Modes n°181 en 1919


Toilette de deuil créé par la Maison Au Sablier
Photographie Eméra
Les Modes 1919 n°188




 Le deuil dans les années 20  vu par la revue Les Modes

"En quittant le grand deuil austère des premières semaines, bien des femmes demandent aux maison spéciales de leurs créer une robe de transition qui leur permettra d'atteindre avec élégance le moment où elles quitteront le deuil. La Maison 'Au Sablier" s’est consacrée, avec un succès toujours grandissant, à cette tache aride et, [...] elle a réussi à donner aux toilettes les plus sévères le cachet le plus parisien et l'allure la plus nouvelle."
Extrait d'un article de la revue Les Modes de Juin 1923


 "Le Deuil" Robe et chapeau en crêpe anglais myosotis
Modèle et dessin non attribués
Les Modes Mars 1924 n°238


"Le Deuil" robe en crêpe myosotis
Création Marthe Wingrove - Photographie Henri Manuel
Les Modes d'octobre 1924 n°245


 "Le Deuil" robe entièrement exécutée en crêpe myosotis noir, avec bordure en crêpe myosotis blanc
Capeline garnie de petites rose en crêpe myosotis noir et blanc - création Au Sablier
Photographie Henri Manuel
Les Modes septembre 1925


"Le deuil et ses usages...
On aime guère, et cela se conçoit trop bien, penser à la période de deuil, mais il arrive qu'y pensant si peu,  on soit parfois prise au dépourvu quand on doit revêtir de tels vêtements. Le deuil est aujourd’hui moins stricte et moins sévère qu'il était autrefois ; cela il est des règles en dehors d"desquelles la bienséance n'a place . Il est de lui comme de toutes les traditions qui se perdent et s'émoussent en ce siècle très frivole d'où l'on banni tout ce qui entrave le plaisir. Il faut vraiment lutter contre cette forme nouvelle de l’égoïsme . Certe la longueur des voiles n'indique pas la profondeur du chagrin , mais il y a une question de décence à suivre l'étiquette et c'est presque un devoir que de défendre le deuil  , cette tradition sacrée entre toute. [...]  Durant cette période nous devons avoir le soucis de nous vêtir avec simplicité, ce qui en aucun cas, n'interdit l'élégance. Elle doit au contraire être plus raffinée que jamais puisqu'elle se dissimule dans les détails. [...] C 'est ainsi que les bijoux seront délaissés pour un temps
 La parure est un signe de joie, or la joie est absente de cette triste période et par conséquent nous le devons marquer. Les diamants ne se portent jamais, les perles peuvent être admises à condition de ne pas faire l'étalage de plusieurs colliers , et parmi les pierres de couleurs, seules les améthystes sont acceptées"
Extrait d'un article paru dans le revue Les Modes de Mai 1926 signé Aimée Papillon


"Le Deuil" robe en crêpe Myosotis - création del a Maison Francis et Fernand
Photographie Henri Manuel
Les Modes de décembre 1925


"Le Deuil" robe, chapeau et voile en crêpe Myosotis - Modèle de la maison Au Sablier
Photographie Henri Manuel
Les Modes février 1926 N°261


"Le Deuil" robe de crêpe myosotis - création de la Maison Francis et Fernand
Photographie de Henri Manuel
Les Modes d'avril 1926 n°263




 Le deuil dans les années 30

"Il n'est,hélas, pas de saison pour cette triste tradition qui consiste à se vêtir de noir afin de porter extérieurement les signes du deuil lorsque l'on a perdu un membre, même éloigné, de sa famille. [...] Il y a cependant de la distinction et de la bonne éducation à mettre son aspect extérieur en harmonie avec ses sentiments et à se vêtir correctement de noir dans ces tristes périodes de l’existence. Il faut, du reste, reconnaitre qu'un deuil , même sévère, peut être pour une femme coquette un moyen de grande séduction , si elle se donne la peine de choisir, parmi les tissus léger et jolis que mettent à sa disposition les grandes maisons spécialisées dans les vêtements de deuil."
Extrait d'un article signé Colette d'Avrily dans la revue Les Modes de mars 1930


 "Le Deuil"
Chapeau robe et voile en crêpe myosotis - Création Aine Montaillé
Photographie Isabey
Les Modes Mars 1931


"Le Deuil élégant"
Robe chapeau et voile en crêpe myosotis - Création Aine Montayé
Photographie O'Doyé
Les Modes Mai 1931


"Pour ceux qui souffrent, pour ceux qui pleurent, il semble que le printemps et sa clarté les aveugle et les oblige à dissimuler leur peine. C'est en raison de ce sentiment [...] que nous voyons peu à peu se transformer dans les grandes villes les signes extérieurs du deuil et les coutumes qui jusqu'ici en était l'apanage et l'obligation.  Comment concilier l'agitation et la rapidité de la vie moderne avec l’extériorisation de la douleur [...] Problème insoluble de nos jours si de consciencieux artistes n'avaient chercher à entourer la douleur de beauté et d'élégance, en lui gardant cependant tout son charme triste et toute la poésie qui s'en dégage. Pourquoi le deuil fut il si longtemps synonyme de laideur et de vieillesse ?  C'était là une erreur des temps anciens que l'on s'efforce d'oublier heureusement"
Extrait d'un article paru dans la revue Les Modes d'avril 1932, signé May Mauri


 "Le deuil élégant"
Robe pour jeune fille en crêpe myosotis blanc - création Aine Montaillé
Photographie O'Doyé
Les Modes Aout 1933


"Le Deuil Élégant"
Robe, chapeau et voile en crêpe myosotis
Photographie O'Doyé
Les Modes Septembre 1933


"Le deuil élégant"
Robe, chapeau et voile en crêpe myosotis - création Aine Montaillé
Photographie O'Doyé
Les Modes décembre 1933 n°355


"Propos sur le deuil...
Grâce au crêpe Myosotis Courtauld dont nous avons maintes fois signalé la finesse et la légèreté, le deuil n'est plus aujourd'hui pour une femme élégante, une épreuve redoutée et redoutable. J'en fut récemment convaincue, ayant reçu d'une de nos abonnées de Buenos Ayres une lettre très enthousiasmante et une photo ravissante qui l'accompagnait : en effet Mme Ramon de Es... me remerciait de l'avoir aidée dans les tristes moment d'un deuil familial par quelques judicieux conseils. L'Amérique latine reste très fidèles aux traditions et aux usages catholiques. On y porte un deuil long et sévère, aussi les femmes jeunes sont elles reconnaissantes à notre journal d'avoir su leur signaler  à propos les merveilleux crêpe myosotis et crêpe chrysanthème de la maison Courtauld"
Extrait d'un article paru dans la revue Les Modes de juin 1934 signé May Mauri




"Le Deuil Élégant"
Robe chapeau et voile en crêpe myosotis - Création non attribuée
Photographie O'Doyé
Les Modes Janvier 1935


"Le Deuil Elegant"
Très élégante robe de deuil avec chapeau et long voile en crêpe myosotis par Louis-Roland
Photographie Studio O'Doyé
Les Modes Juillet 1935 n°374




PLEASE REFRAIN FROM COPYING PICTURES FOR YOUR OWN USE. ASK FIRST.

 VEUILLEZ DEMANDER L'AUTORISATION AVANT DE COPIER LES PHOTOGRAPHIES POUR VOTRE USAGE PRIVE OU PUBLIC


Jardin des modes - Novembre 1952 *

"Le  Jardin des modes de novembre1952 vous fait faire des économies !
Nouveaux prix, 150 francs au lieu de 220
Dans ce numéro le minimum de dépenses pour le maximum d'élégance"


"La dame qui admire, à juste raison, une baisse aussi appréciable, porte un tailleur de Balenciaga à grand col de carbonaro et un manchon de renard."
Photographie Neubert-Horak
Le Jardin des modes de Novembre 1952



"Une mode de la fourrure"
La fourrure tiendra en général une grande place cet hiver. On portera notamment toutes les fourrures classiques. Mais il y a aussi une mode très actuelle de la fourrure, caractérise par les manières nouvelles de l'intégrer au robes et aux manteaux et par le retour des fourrures à poils longs : renard, lynx, civette"
[Le blog ne fait en aucun cas l’apologie de l'utilisation  de la fourrure dans l'industrie de la mode, particulièrement en ce qui concerne la mode contemporaine. Toutefois, il est impossible d'évoquer   l vestiaire féminin des années 50, sans évoquer cet aspect incontournable]


"Une mode de la fourrure : Larges bandes de lynx bordant un manteau tout droit le maison Révillon.
Lynx du Muséum d'Histoire Naturelle 1952"
Photographie Dutkovitch
Le Jardin des Modes de Novembre1952


"Une mode de la fourrure
A gauche :  Plastron, toque et manchon de castor avec un tailleur d'hiver en lainage chiné par Jacques Fath
Au centre : Légère bordure d'astrakan sur un manteau tube en dra par Lanvin-Castillo
A droite : Apparition très remarquée des imprimés fourrure, sur cette robe de Givenchy "
Dessins de mode, croquis de mode signé Bolin
Le Jardin des Modes de Novembre1952



"Une mode de la fourrure
A gauche : une cravate de zibeline se noue dans l'encolure d'une robe à spencer en lainage gris par Christina Dior
Au centre, un anneau de renard blanc  masque le décolleté d'un élégant deux pièces en lainage noir par Balenciaga
A droite : Une pelisse doublée de civette par Madeleine de Rauch"
Dessins de mode, croquis de mode signé Bolin
Le Jardin des Modes de Novembre1952



 Une mode de la fourrure
Très beau manteau d'ocelot par Canada Furs
Gants de Legrand, cloche de Florence, Guépard de Laxton Lapierre
Photographie Dutkovitch
Le Jardin des Modes de Novembre1952


"Trois pièces en tweed , accompagné, comme il se doit cette saison, de son paletot de loutre, par Pierre Balmain.
En arrière plan,  l'exposition rétrospective et internationale organisée par le musée des arts décoratifs
Affiches par Capiello (1930) et Savignac (1952)



 "Visite à la télévision"
"Tot au tard vous serez téléspectatrice. Il a suffit de cinq années pour que la télévision modifie les habitudes américaines. Sur les vingt millions cinq cent mille postes utilisés dans le monde, dis huit millions sont répandus parmi les USA et le reste se répartit dans une vingtaine de pays. En France, on estime le nombre de poses à quarante ou cinquante mille seulement. Mais ce qu'il importe de noter, c'est qu'il a triplé depuis 1951. C'est à  l'un des jeunes réalisateurs du cinéma et de la radio, Francois Billedoux, que nous avons demandé de faire le point sur la situation en France de la télévision à propos de laquelle certains ont déjà prononcé le mot de neuvième art".



La régie - Modèle de prêt à porter par Jamiqua
Photographie Doisneau
Le Jardin des Modes de Novembre1952


 Pierre Sabbagh dirige le Journal télévisé avec sa pipe et ses trois adjoints
Modèle de Pret à Porter Henri à la Pensée
Photographie Doisneau
Le Jardin des Modes de Novembre1952


 En haut à gauche : L'équipe des peintres terminent un décor - Modèle Galeries Lafayette
En haut à droite : De la régie vers la Tour Eiffel, part l'image choisie - Modèle Galeries Lafayette
En bas à gauche : Le cameraman satisfait de son nouvel appareil n "819" modèle du Printemps
Au centre : Devant le micro - Modèle des Trois Quartiers
En bas à droite : Maurice Cazeneuse, assis à droite, réalisateur, suit sur l'écran ses prises de vue - Modèle de Gattegno
Photographies Doisneau
Le Jardin des Modes de Novembre1952


De ces passerelles, l'électricien dirige les projecteurs sur le plateau - Modèle Prisunic
Photographie Doisneau
Le Jardin des Modes de Novembre1952



"Lecon de coupe = Leçon d'économie"
Faire soi même ses robes, c'est faire des économies. pour cela il ne faut pas perdre de tissus par une mauvaise coupe : soyez bien installée et travaillez selon un bon patron.
4 points importants de la mode sont étudiés dans les pages qui suivent"





"Le bénitier"
La partie droit fil du triangle est incrustée sur le corsage . Le drapé est maintenu par un plomb fixé par un biais au milieu du devant de l'encolure.
Le jardin des modes de novembre 1952



"La hanche emboitée"
Une pince de poitrine en biais part d ela couture de coté. La pièce en forme de triangle qui est incrustée élimine les pinces et épouse l'arrondi des hanches.
Le Jardin des Modes de novembre 1952


"Le col cranté"
IL remplace le col tailleur. IL est coupé come un col châle, double, et une triplure (en toile taileur fine) est prise en couture entre les deux épaisseurs de tissus"
Le Jardin des Modes de novembre 1952


"La souplesse de poitrine"
 "La coupe classique de l’automne 1952 : découpe arrondie cintrant la taille et maintenant la souplesse de la poitrine par des pinces cousues ou repassées, ou par des fronces"
Le Jardin des Modes de novembre 1952



"Très à la mode"


Les doublures chaudes
Croquis de mode pour les patrons de la revue du jardin des modes de novembre 1952


Les mélanges de tissus
Croquis de mode colorés pour les patrons de la revue du jardin des modes de novembre 1952



Les doublures chaudes
Croquis de mode pour les patrons de la revue du jardin des modes de novembre 1952



"Toutes les longueurs sont bonnes de la jaquette au manteau long"
Les doubles chaudes
Croquis de mode pour les patrons de la revue du jardin des modes de novembre 1952



Décoration intérieure 1952
Comment vous éclairer pour coudre, broder ou tricoter



"A la fois fonctionnel et esthétique, le problème de l'éclairage est aujourd'hui étudié conjointement par les artistes et les techniciens."
Photographie Neubert-Novack
Le jardin des modes de novembre 1952


Publicité pour les parfums Lucien Lelong
Signé Runacher 51
Le Jardin des Modes de novembre 1952


Publicité pour le parfum "Magie" de Lancome
Signé E M Pérot
Le jardin des modes de novembre 1952




Publicité pour les Bas Gui Haute Coutre
Non attribué
Le jardin des modes de novembre 1952




Le jardin des modes Novembre 1952 - N°371
56 pages - 150francs


PLEASE REFRAIN FROM COPYING PICTURES FOR YOUR OWN USE. ASK FIRST.

 VEUILLEZ DEMANDER L'AUTORISATION AVANT DE COPIER LES PHOTOGRAPHIES POUR VOTRE USAGE PRIVE OU PUBLIC




Photographies utilisées sans permission - Pictures used without permission



Someone tells me sometimes ago, that hundred of pictures have been used without permission from this blog to be add on a the flickr gallery of  D...

I have ask this person to take off all the pictures form her account, or at least to add a link to Modes Perdues
She does not agree, and is going on using the  pictures from the blog without permission.

This is why, from now on, all my photos will be barred with the internet link to the blog.

thank you for your understanding


-------------------------------------------------

J'ai été prévenue il y a quelques temps qu'une bonne centaine des photos de ce blog ont été utilisées sans permission et ajoutée au compte flickr de D....


J'ai demandé à cette personne de retirer toutes ces photos de son compte, ou tout au moins d'ajouter les liens vers le blog modes perdues
Ce qu'elle refuse de faire, elle continue d'ailleurs à utiliser  mes photos  dans sa galerie.


C'est la raison pour laquelle, à partir de maintenant, toutes mes photos seront barrées du lien internet vers le blog.
Merci pour votre compréhension.