Jardin des Modes - Mars 1963*

Le jardin des modes de Mars 1963
Spécial collections
En couverture, la mode du blanc et noir pour un tailleur robe de Christian Dior
Photographie de Karen Radkaï

May I suggest to the foreign visitor to use the google translator on the top right of the blog to read the texts in their language....




"La ligne au plus haut point"
"A peine changée ? Oui, mais elle atteint sa perfection. En découvrant la mode 63, vous allez croire que vous l'avez toujours connue. Vous allez y trouver ce que vous aimez déjà. Et ce que vous êtes prête à aimer. Les couturiers n'ont pas fait leur révolution pour le printemps, mais ils ont trouvé des raffinements de coupe extraordinaires , pour mettre l'accent, presque tous, sur le plus haut point de la silhouette : élargie au niveau des épaules, mais gardant buste menu, fine de jupe, la ligne nouvelle arrive, tout naturellement à son heure."
Le Jardin des Modes , mars 1963




"Nous avons dit oui à :
la carrure, car sans carrure, pas de mode - la couleur vibrante . Et Joyeuse. Et vive. Et douce quand même"
Silhouette signée Courrège - Photographie Henry Clarke
Jardin des modes Mars 1963



"Nous avons dit oui à :
la tunique étui à a ligne à la fois étroite et souple - au décolleté effronté, un peu, beaucoup, pas tellement"
Robe signée Pierre Cardin -  Photographie Henry Clarke
Jardin des modes de mars 1963



"Nous avons dit oui à
la chasuble parceque c'est une facon de dire oui à la carrure -  au blousant quand il est , comme ici, léger"
Robe signée Christian Dior - Photographie par Henry Clarke
Jardin des Modes de mars 1963



 "Nous avons dit oui à
la robe manteau, c'est la tenue qui va rivaliser ce printemps avec les tailleurs - Le béret en auréole, très grand, plat, en paille, posé très en arrière.
Une tenue de Christian Dior, Photographie par Henry Clarke
Jardin des Modes de Mars 1963




"Lignes - Taches - Pois"
"Du coté des imprimés, triomphe de l'école abstraite. Les couturiers aiment les tracés géométriques irréguliers, les lignes tirées au hasard, les petits motifs en taches et pois, presque toujours sur twill ou sur crête de soie. Ils jouent souvent sur les dessins du tissu pour dessiner la ligne des robes."
Le Jardin des Modes de mars 1963



Tunique carrée à grand col par Jeanne Lanvin - photographie Kublin
Le Jardin des modes mars 1963




 Robe fourreau par Christian Dior - Photographie Kublin
Le Jardin des modes mars 1963




Ensemble robe et blouson Kimono de Capucci - Photographie Kublin
Le Jardin des modes mars 1963




Robe chemisier par Capucci - Photographie Kublin
Le Jardin des modes mars 1963




Ensemble nouvelle ligne par Christian Dior - Photographie Kublin
Le Jardin des modes mars 1963




 "La vie en Chanel.
Choisir la vie en Chanel c'est vivre en tailleur, du matin au soir, c'est ne jamais vouloir quitter cette ligne souple et près du corps qui est l'aisance même."
Tailleur Chanel Haute Couture 1963 - Photographie Vernier
Le Jardin des modes mars 1963




"Tailleuroscope"
"Amusez vous à regarder le kaléidoscope des tailleurs. Les couturiers cette année on joué avec les couleurs, en les opposant. D'une image à l'autre, le tailleuroscope vous montre des images un peu différentes, c'est le jeu. Plusieurs tendances s’affirment partout : l'accentuation de la carrure par des raglans, des kimonos carrées, des manches inédites. L'allongement des vestes. Et tout cas, le retour unanime de la jupe droite. "



"Carrure affirmée, veste allongée, opposition des couleurs. tailleur de Nina Ricci-Crahay."
Photographie Michel Certain
Le Jardin des modes mars 1963



"Balmain : galbé, plutot court - Estérel : bonne couleur, bonne longueur - Griffe : le tweed, la carrure
Balmain : le lien taille haute, la jupe assouplie - Simonetta et Fabiani : le kimono - Dessès : opposition vibrante des verts - Carven : le coté strict, chemisier - Estérel : le noir et blanc la bonne longueur."
Photographies par Michel Certain
Le Jardin des modes mars 1963


 "Jacques Heim : L'ampleur derrière, les manches kimono évasées au coudes, le lien taille haute. "
Photographie Michel Certain
Le Jardin des modes mars 1963




"La Robe Trotteur
Robe manteau mais aussi robe sweater ou robe chemise. Tous les couturiers ont envie de la revoir dans la rue. Et vous aussi. Elle est aussi facile qu'un tailleur, plus légère qu'un manteau, mais surtout, désinvolte, personnelle, affirmant une manière d'être, alerte, décidée, et prenant résolument le parti de l'élégance nette"


 Robe trotteur par Yves Saint Laurent
Photographie Helmut Newton
Le Jardin des modes mars 1963


 Nina Ricci-Crahay, robe manteau ou robe cape.
Capucci, la vraie robe manteau à l'exception des manches absentes
Jeanne Lanvin une robe pour sortir dans la rue
Photographie Helmut Newton
Le Jardin des modes mars 1963



Pierre Balmain, une robe tunique de ligne galbée, un rien de jupe qui dépasse, des manches kimono.
Photographie Helmut Newton
Le Jardin des modes mars 1963




"Fourreaux et cie
Subtiles, utiles, parfois futiles, contrastant par leurs matières et leurs couleurs, avec  les fourreaux qu'elles habillent, les petites robes courent les rues."



Pierre Cardin - Photographie Karen Radkai
Le Jardin des modes mars 1963


Deux ensembles de Christian Dior - Photographie Karen Radkai
Le Jardin des modes mars 1963



Courrège - Photographie Karen Radkai
Le Jardin des modes mars 1963




"Le rien qui fait la robe
Simples, faciles à porter et d'allure remarquablement jeune, ces robes ont toutes le détail de coupe , le petit rien qui fait qu'elles sont à la mode. Choisissant presque toujours de laisser les bras nus, elle sont un point qui leur est commun, leur jupe droite ou d'ampleur vraiment très raisonnable."



Robe chasuble par Yves Saint Laurent - Illustration de mode par Lobravico
Le Jardin des modes mars 1963


En haut à gauche et dans le sens des aiguilles d'une montre :
Ferreras - Pierre Cardin - Michel Goma - Jean Louis Scherrer et Ferreras
Illustration de mode par Lobravico
Le Jardin des modes mars 1963



"Le blanc qui fait la mode
Le blanc est sans aucun doute la couleur le plus marquante de la mode. Toutes ces robes beaucoup plus habillées que les robes précédentes, ont choisi le crêpe blanc.



Jean Patou et Jean Louis Scherrer
Illustration de mode non signée. 
Le Jardin des modes mars 1963


Pierre Cardin et Michel Goma (recto/verso de la robe)
Illustration de mode non signée. 
Le Jardin des modes mars 1963



Chignon 1963 par Monty, pour Elizabeth Arden - Boucles d'oreille de Scemama
Collier de Monsieur Rivière
Photographie Karen Radkai
Le Jardin des modes mars 1963




 Le chignon ballerine 1963. par Carita
Photographie Meerson
Le Jardin des modes mars 1963



Chignon 1963 par Monty, pour Elizabeth Arden - Fleurs de cheveux Harpel
Photographie Karen Radkai
Le Jardin des modes mars 1963






Publicité 1963 pour les chaussures à talons aiguilles et bouts très pointus, création de la maison Bally
dessin signé Fenn


Publicité 1963 pour les chaussures à talons aiguilles et bouts très pointus, création de la maison Bally
dessin signé Fenn


Publicité 1963 pour les chaussures à talons aiguilles et bouts très pointus, création de la maison Heyraud.





Le Jardin des Modes de mars 1963- n° 495
208 pages - 2francs50



PLEASE REFRAIN FROM COPYING PICTURES FOR YOUR OWN USE. ASK FIRST.

 VEUILLEZ DEMANDER L'AUTORISATION AVANT DE COPIER LES PHOTOGRAPHIES POUR VOTRE USAGE PRIVE OU PUBLIC



Modes et Travaux - Mars 1949*




Modes et travaux de Mars 1949
La revue comporte très peu de texte. Elle était essentiellement destinée à vendre des patrons. Elle est donc composée dans sa grande majorité  d'illustrations de mode.
La couverture est dessinée par l'illustrateur  Pierre Mourgue, et présente un chapeau à voilette par Lemonnier.

(Foreign visitors, please use the google translation on the right to have a translation)




"Mars renouvelle la parure de la terre et celle des femmes. De nouveau tissus, de nouveaux chapeaux transforment la silhouette enfin délivrée des lourdes pelisses hivernales."
Le maneau bleu et le manteau rouge sont signés Ledoux - le manteau vert Carven  et le manteau brun Charles Montaigne
Croquis de mode pour Modes et travaux de Mars 1949





"Vive l'Ecossais - l'écossais, celui des clans classiques comme celui plus fantaisie des créateurs de chez nous, connait une vogue extrême. On le voit partout, sur la tête, aux mains, aux pieds, en jupe, en écharpe, en manteau, en collet, accordé à l'unis ou jouant seul sa partie avec un succès étourdissant"
Croquis de mode pour Modes et travaux de mars 1949





"Très nouveaux tant par leur  forme étudiée que  par les coloris dont ils sont interpretés, ces deux modèles de tricots sont confortables et pratiques du fait qu'on les portes indifféremment  sur une robe ou une blouse chemiser."
Croquis de mode pour Modes et Travaux de Mars 1949





4 tailleurs fidèles à la nouvelle ligne déja vues chez les couturiers... jupe à mi mollets,de coupe droite,  taille ceintrée, veste longueur aux hanches, le tout portés avec des petits chapeaux et des gants. En médaillon, 4 propositions de blouses à porter sous ces tailleurs.
Croquis signés TLB pour Modes et Travaux de Mars 1949




 Un autre style de jupe très très à la mode à la toute fin des années 40, la jupe ample, lissée de différentes facon pour atteindre le plus d'ampleur possible. ces jupes demandaient des longueur de tissus 1.85cm à 2.90cm en 1.30cm de large.
croquis de mode signé MLD pour Modes et Travaux de Mars 1949






Double page centrale en couleur - Des patrons pour toutes les heures de la journée
Croquis de mode signés ML Besnardeau.
Modes et travaux de mars 1949









"Quatre fable de Le Fontaine, choisies parmi les plus connues nous ont servi de thème pour la réalisation de ces petits tableaux en borderie qui orneront les murs d'une chambre d'enfant"
Modes et travaux de Mars 1949





"Voici, groupés sur cette page, des modèles tricotés qui habillerons d'une façon charmante des enfant de 2 à 4 ans"
Modes pour enfant, Modes et travaux de mars 1949





Publicité 1949 pour le vernis à ongle Cutex




Modes et travaux de Mars 1949 n°579
40 francs



PLEASE REFRAIN FROM COPYING PICTURES FOR YOUR OWN USE. ASK FIRST.

 VEUILLEZ DEMANDER L'AUTORISATION AVANT DE COPIER LES PHOTOGRAPHIES POUR VOTRE USAGE PRIVE ET PUBLIC



Fémina - Mars 1912 - Numéro spécial mode*


Cette parution de Fémina est  issue d'un livre relié, c'est la raison pour laquelle je n'en possède pas la couverture principale. Toutefois, la revue Fémina possédait deux couvertures, la première ou figurait souvent la photo d'une personnalité importante, ou un dessin fait par un illustrateur en vue. Il y avait aussi une seconde couverture, ilustrée par une gravure de mode annoncant en quelque sorte le tenues présentées dans les pages fashion de la revue.

(Foreign visitors, please use the google translator proposed on the top right of the blog)




Pour le printemps : Robe de taffetas changeant vert, avec col empiècement en linon brodé dégageant l'encolure. Cette toilette est tout à fait dans la note nouvelle de la mode printannière"
Fémina du 15 mars 1912 - illustration signée De Touraine..



"Ce que sera la mode nouvelle...
Le printemps s'est fait hâtif, cette année, à l'unisson de nos désirs. Les coquettes ont l’impatience légitime de charmante de connaitre les nouveautés qui vont les parer, et de savoir en quoi elles pourront modifier l'aspect de leur petite personne. Fémina se doit de les renseigner, de les guider, même et s'efforcera de son mieux comme chaque année à les satisfaire."
Fémina du 15 mars 1912




Étonnante double page centrale... illustration signée par le célèbre dessinateur de mode Drian
"La mode nouvelle arrive...
Une mode chasse l'autre : après les fourrures et les tuniques d'hiver, voici les robes de printemps ; elles auront, dit-on, des drapés plus accusés que nous n'en vîmes depuis longtemps ; elles seront en des étoffes que nous considérions hier comme désuètes, les taffetas principalement... la transformation de la silhouette féminine sera aussi complète qu'on pouvait la désirer... notre collaborateur Drian symbolise en cette charmante allégorie l'arrivée de la nouvelle mode qui , dans la première griserie de son succès, foule aux pieds a lourde défroque de sa devancière. La jeunesse est souvent ingrate..."
Fémina du 15 mars 1912






"Le charme des robes légères"
Quatre robes faites de tissu légers, batiste,linon, tulle, toile de fil, et ornée de dentelles de valenciennes, d'incrustation en point de Paris et de broderie anglaise
Fémina du 15 mars 1912



"Quelques déshabillés élégants"
Quatre tenues à porter chez soi, dont le couleurs portent de jolis noms...
De gauche à droite :  Tunique de taffetas bégonia, Robe de mousseline cuivre rouge, Mousseline bleue.La dernière tenue est en "gros Venise"
Illustration de mode signée Nadar
fémina du 15 mars 1915



"Pour une garden Party" 
7 superbes tenues pensées pour les après midi passées à discuter dans jardin...
La majorité de ces robes , en tissus légers, sont resserrées au  niveau du bas de l'ourlet de la jupe, et ces dames portent de superbes chapeaux qui s'assortissent à leur tenues.
Illustration de mode - Fémina du 15 mars 1912



"Robes pour les courses"
Encore de superbes couleurs pour ces robes, de gauche à droite : "Robe de taffetas bleu Delft, mousseline du même ton - Robe de taffertas pékiné vert et noir, ampleur retenue à l'arrière - Robe de satin noir, garnie d'une haute bande de filet ancine - robe de gros surah prune et bleu, jaquette fermée sur le coté en un mouvement de blouse russe"
Illustration de mode signée Nadar -  Fémina du 15 mars 1912



"Pour les dîners élégants"
Quatre robes extrêmement sophistiquées , la robe à l’extrême gauche présente des guirlandes de petites roses de mousseline dans le style de Paul Poiret (peut être est ce une robe de Poiret, mais le noms des couturiers ne sont jamais indiqués sur les pages de mode de cette revue), les robes du centre du centre sont garnies de superbes dentelles en guipure et en Venise, complètement à droite, la jupe de droite se trouve entravée par un un entre deux de tulle inseré à la hauteur des genoux
Illustration de mode - fémina du   mars 1912



Deux photographie signées Reutlinger.
Les photographies étaient rares dans les revues de cette époque. Les mannequins,comme il était de rigueur étaient de célèbres  actrices de théatre.
A gauche, on peut voir Melle Dermoz du théatre Antoine portant une " robe de garden party en dentelle alourdie de grosse broderies ornée d'une collerette de tulle noir.
A droite, Melle Dermoz porte cette fois "un manteau de jour en taffetas blanc, garni d'un col de velours noir et d'une ruche  à l'ancienne. Au col, dentelle de Venise"




"Les élégantes de l'après midi"
Trois tenues pour se promener, au Bois de Boulogne, ou dans les grands magasins...
De très jolis détails de couture sur les manches de la robe au centre, un superbe tricone pour la silhouette de droite, et sur la robe de gauche un joli drapé relevé par une boucle d'ancier.
Illustration de mode - Fémina du 15 mars 1912



"Pour les sports féminins"
Pour les plus sportives des élégantes, quatre tenues de sports.
A gauches, deux robes légère pour la pratique du tennis (on peut remarquer sur le mannequin au centre un chapeau cloche avant la lettre) , les deux tenues à la droite de l’illustration étaient faite pour la pratique du golf. On peut remarquer qu'il n'y a pas beaucoup de différence entre les tenues de tennis et les tenues de golf !
Illustration de mode - Fémina du  15 mars 1912



"Deux toilettes de visite"
Une superbe illustration, réalisée dans un style très différent des autres dessins présentés dans la revue. Malheureusement, elle n'est pas signée....
On peut remarquer les deux chapeaux dans des styles totalement opposés, le petit sac à gauche, et l'ombrelle à droite
Illustration de mode  - Fémina 15 mars 1912




"Robes pour les courses"
Ceci est le titre donné à l'illustration dans la revue, mais on voit plutôt ici quatre tailleurs élégants.
De gauche à droite : Tailleur en serge bleue et de serge écossaise - tailleur de cachemire de soie ton Tripoli - tailleur simple de serge Havane - Jupe diagonale rayée, veste style directoire.
Illustration de mode signée Nadar - Fémina du 15 mars 1912




Un magnifique portrait signé par le célèbre illustrateur Soulié.
"Chapeau de saison
Tricorne de crin ivoire avec jarretière de tulle et une queue de zibeline posée sur le coté en aigrette"
Illustration de mode - Fémina 15 mars 1912




Double page centrale, entièrement dédiée au somptueux chapeaux qui apportaient tant de piquant à la mode de ce début de XXeme siècle.
On peut y voir des toques aux très bords relevés, des capelines immenses en paille d'Italie, un adorable tricorne bleu et écru
Illustration de mode non signées - Fémina du 15 mars 1915



"Robes à transformations"
Pas évident  de dire en quoi ces robes sont à transformation.. Voici leur descriptions :
"Robe d'après midi - Mousseline bleu mrine sur transparent rose. Des applications de grosses fleurs et feuillage genre art nouveau garnissent le corsage et la tunique.
Robe de promenade - tunique de laine damier noir et blanc fermé de coté par des boutons de soutache. Cette figurine et celle de droite constituent une seule toilette. La 'tunique manteau" et la robe s'adaptent si admirablement qu'il est impossible de deviner que l'ine peut se mettre sans l'autre)
Robe de tennis en toile groseille, un lacet ancien forme une dentelle , courte tunique"
Illustration de mode signée Manon - Fémina du 15 mars 1912



"Manteaux du soir"
"Superbes manteaux très amples dans le style typique des années d'avant guerre.
de gauche à droite :
Manteau très ample de satin prélat. L'ampleur est rattrapée au niveau des genoux par un sorte de choux. Doublure en vieux Venise.
Manteau en faille vert émeraude, double de panne souffre, le bas du  manteau se termine en deux étages dont un garni d'effilés de chenille.
Cape de météore noir, doublée de soie bégonia dépassant un peu le noir. Le manteau n'est qu'une immense écharpe enroulée, retenue par des agrafes.
Manteau demi long en satin bleu chinois. tout le bas est formé d'une bande de broderie or et tons vifs sur satin paille, garniture de plumes frisées."
Ca fait rêver je trouve !!!!
Illustration de mode - Fémina 15 mars 1912



"Costumes tailleurs"
De superbe tailleurs en tissu d'été - éponge, drap, étamine, taffetas.
Les accessoires sont remarquables, chapeaux, sacs, gants, et cannes.
Illustration de mode - Fémina du 15 mars 1912



"La mode au théatre"
Photographie du Studiot Talbot - tenue de Buzenet
Portée par Melle Juliette Clarens du vaudeville.
"Jaquette de taffetas jaune d'or. Col de tulle brodé. Robe de mousseline de soie jaune et or. volants de taffetas. Effilés. Ceinture rubis"
Fémina du 15 mars 1912




Un amusant article sur une conférence donnée par Melle Jane Marnac et Monsieur André de Fouquière, le sujet était "Une Heure d'élégance au Théatre de Fémina"
Fémina du 15 mars 1912



Fémina du 15 mars 1912 - N° 268 - Spécial mode de saison
46 pages - 12 francs


PLEASE REFRAIN FROM COPYING PICTURES FOR YOUR OWN USE. ASK FIRST.

 VEUILLEZ DEMANDER L'AUTORISATION AVANT DE COPIER LES PHOTOGRAPHIES POUR VOTRE USAGE PRIVE ET PUBLIC