Jardin des Modes octobre 1948

"De femme", dont elle tient son inconstance, la mode devient "grande dame". Elle abandonne la féminité des jupes trop volumineuses et trop longues, les jupons froufroutants, la taille de guêpe et les fanfreluches pour se tourner vers une élégance plus sévère, plus exigeante.
La mode aux cent visages fait siennes les lignes les plus diverses : la robe enroulée, croisée, asymétriques, la robe sirène qui ne s'épanouit que du bas, la robe à taille haute qui emprunte à l'Empire la poitrine marquée mais garde la finesse de la taille, la robe qui, d'un geste arrogant, rejette l'ampleur en arrière et toutes droite qui se suffit en sa simplicité. [...]
Le robe ne fait pas le moine, une robe n'est pas complète sans l'apport du détail, de l'accessoire juste, sans une mise impeccable. Cet hiver la femme ne saurait se passer d'une étole de fourrure et de son manchon, d'une écharpe, d'une pointe de tissus qu'un geste gracieux drapera frileusement. Les chapeau ,se font petits, enfoncés et prennent la forme d'un bonnet pointu, d'un turban, d'une cloche, cachent les cheveux découvrent le visage. Les gants sont longs et fins, les bottines, les escarpins légers et pointus.
La fin du ojur voit s'accentuer l'engouement eu noir, qui, comme pour marquer l’heure tardive, s'ingénie à  devenir indiscret : l'abandon d'une stricte jaquette, d'un sage boléro révèle un décolleté très bas ;  aux épaules nues s'oppose alors la discrétion d'un chapeau à larges bords.
Et c'est enfin le règne de la robe des garnds soirs,  le plus fidèlement inspirée de l'Empire et qui nous éblouit de l'éclat des satins, des lamés, des  brochés, des velours d'une magnificence toute royale"
Extrait de l'éditorial du Journal Jardin des Modes d'Octobre 1948 signé Pertcha Adamoff

Couverture du journal Le Jardin des Modes d'octobre 1948
Numéro spécial des collections automne hiver 1948/1949
Ensemble par Robert Piguet

"Octobre vous apporte un turban de Maud et Nano en rubans d'épais satin broché de noir entrecroisés. Boléro d'écureuil * de Max Leroy

Balenciaga : Distinction de la robe noire , élégance toute parisienne 
Photographie Rubin
Le Jardin des Modes octobre 1948


"A l'ordre du jour, les robes asymétriques...Les drapés savants, les enroulements des jupes s'accordent aux corsages largement croisés."
En haut de gauche à droite : Robert Piguet - Pierre Balmain - Nina Ricci - Facques Fath
Dessins signés MRD
Ci dessous Jacques Griffe et chapeau de Legoux Soeur - Photographie Rubin
Jardin des modes octobre 1948


" A l'ordre du jour la robe sirène, épanouissement soudain des jupes dont l'ampleur partout des genoux laisse à la démarche toute son aisance.
De gauche à droite :  Jean Dessès - Madelaine Vramant - Jacques Heim - Pierre Balmain
Le Jardin des Modes octobre 1948

A l'ordre du jour la taille haute, empruntée à l'Empire mais à peine indiquée, conserve à la silhouette sa ligne naturelle
Robert Piguet : la taille haute soulignée d'un ruban, affirme la tendance Empire de cette robe en velours façonne.
Photographie Rubin - Jardin des Modes octobre 1948

A l'ordre du jour la taille haute. Parfois l'effet d'une taille remontée est encore accentéé par le contraste des tissus
De gauche à droite : Schapparelli - Molyneux - Jeanne Lafaurie
Le Jardin des Modes octobre 1948


"A l'ordre du jour l'ampleur du dos, élégance raffinée des jupes qui, étroites et presque cintrées devant, ramènent toute l'ampleur en arrière"
De gauche à droite : Christian Dior - Balenciaga - Jacques Fath
Photographie Rubin - Le jardin des modes octobre 1948


"Nouvel Empire, satin, velours, lamé, brochés et mousseline souligne la richesse des belles robes Empire"
Ci dessus Jeanne Lafaurie et Lanvin - Illustration signée Bernard Blossac 48
Ci dessous Jaques Fath - Marcelle Chaumont - Molyneux - Illustration attribué à Bernard Blossac
Le Jardin des Modes octobre 1948



"Gestes frileux - Etoles, collets, manchons dominent la mode cet hiver et sont autant de prétextes aux gestes gracieux et frileux"
Ci dessus : Jean Dessès - Elegance discrete d'une écharpe négligemment nouée sur un tailleurs d'après midi * - Photographie Rubin
Ci dessous Dans le sens des aiguilles d'une montre : Robert Piguet - Fourrures Weil - Pierre Balmain 
Illustration signé Bernard Blossac 48
Le Jardin des Modes octobre 1948


"Une curieuse analogie caractérise les manteaux qui se ressemblent tous en ce qu'il s sont amples, le plus ample possible, de manches confortables, de cols importants, de lainage épais" 

De gauche à droite : Grès - Pquin - Christian Dior
Photographie Kitrosser - Jardin des modes octobre 1948

De gauche à droite : Hermès - Carven - Piguet - Lafaurie - Griffe - Lanvin et Worth

Ci dessus et ci dessous, patron de manteau édités par le jardin des modes en octobre 1948....
Métrages :
Pour le manteau rouge : 3 m.50 en 1.40
Pour le manteau noir : 3 m.90 en 140 de velours de laine
Pour le manteau à droite : 4m50 en 1.40 vert gris





"De détails en détails" 
Dans le sens des aiguilles d'une montre.
Ci dessus, A gauche : la richesse des broderie - Balmain, Carven, Lafaurie,  Fath, Balenciaga,
A droite : Le jeux des échapes - Piguet, Balenciaga,  Ricci, Schiaparelli, Dior
Ci dessous à gauche :L'importance des boutons  -  Desses, Fath, De Rauch, Balmain , Fath, Balmain
A droite : Variété des encolures : Schiaparelli, Dior, Chaumont, Dior, Desses


"La robe de la Mode"
Cette robe (ci dessous) dans sa sobre élégance est l'expression de la mode nouvelle. Elle peut, grace aux compléments qui l'accompagnent convenir à toutes les femmes et à toutes les circonstances - Patron des éditions jardin des modes"
Accompagnée d'une écharpe surs le dessin ci dessous ou, de gauche à droite et du haut en bas pour le dessin en noir et blanc : 
Avec une ceinture rigide - Avec un fichu de laine - Avec un col replié
Avec une ceinture drapée - Avec une cravate en biais - Avec un corselet baleiné
Le Jardin des Modes octobre 1948






"Les ganses - Garnitures élégantes et sobres des lainages foncés, elles se osent de facons diverses, et peuvent renouveler une robe de l'année passée.
A gauche le galon tuyauté
A droite le galon fleuri
Les robes sont des patrons édités par les le jardin des modes, octobre 1948
Illustration signée Rousseau

"Les petites robes - différents modèles de patrons édités par le jardin des modes en octobre 1948



Publicité 1948 pour les bas Citiba
Jardin des modes octobre 1948
Publicité 1948 pour les Laines de l'Ange Gardien, modèle Marie Antoinette
Jardin des modes octobre 1948


Publicité 1948 pour le parfum "Baiser du Faune" par Molinard, flacon par Lalique
Jardin des modes 1948


Le jardin des modes d'octobre 1948 n°322
150 francs - 102 pages

 

* Ce blog ne cautionne en aucune façon l'utilisation de la fourrure véritable , qui devrait être interdite au XXIeme siècle. Toutefois, il est impossible de parler de la mode au XXeme siècle sans y faire référence.



VEUILLEZ DEMANDER L'AUTORISATION AVANT DE COPIER LES PHOTOGRAPHIES POUR VOTRE USAGE PERSONNEL OU UNE QUELCONQUE PUBLICATION

 PLEASE REFRAIN FROM COPYING PICTURES FOR YOUR OWN USE. OR PUBLICATION  ASK FIRST.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire