Fémina - Février 1921 ¤


"La limite d'age
Il y a environ un siècle, la femme de trente ans était une femme sur le retour, pour ne pas dire une femme finie. Et Victor Hugo notait comme un miracle que Melle Mars avait cinquante deux ans quand elle créa Dona Sol, petite reine de dix sept ans. Aujourd'hui, pourtant, pareil prodige est journalier sur quantité de scènes et qui songe à s'en étonner ?
Hors du théâtre, dans la vie quotidienne, même état d'esprit. La femme de trente ans, loin de sembler sur le retour, commence tout juste à prendre le départ. A quarante ans, elle dit volontiers : "j'en ai encore pour dix ans" A cinquante, elle ne spécifie plus, mais on devine qu'elle se promet d'aller encore loin.
Bien mieux, elle y va. Rappelez vous d'exposition de 1900 et, dans le rue des Nations,  tant de nos jolies contemporaines, dans le plein éclat de leur trentenaire,  ce summum de la forme féminine qui annonce souvent le déclin prochain. Combien leur donniez vous, à ce moment, de reste ? Quatre ou cinq saisons, pas plus. Et cependant chaque jour, chaque soir, dans les salons dans les théâtres, dans les dancings, vous les rencontrez presque identiques à naguère : sveltes, agiles, pirouettantes, même clarté du teint, même feu du regard. Étant inchangé, dirait un communiqué, pour toutes, sauf pour certaines, qui avec les ans, ont rajeuni, minci, pris la silhouette le plus "up to date". Parfois, près des yeux, aux tempes, quelques coups de canifs donnés par le temps, mais si légers, si fins, qu'on dirait un incolore et voulu tatouage. Parois, dans les lignes du cou, un imperceptible relâchement des tissus, mais compensé par combien plus d'aisance dans l'allure, d'expression dans le visage. Il faut vraiment des calculs, des évocations d’événements passés, des additions de dates, pour se convaincre que ces jeunes femmes ont cinquante ans, voire plus....
Extrait de l'éditorial signé Fernand Vandérem pour Fémina au 1er février 1921


Couverture du numéro Fémina du 1er Février 1921.
Illustration , Le Carnaval de Nice, signée Brunner (Zyg mais non spécifié)

Illustration de la table des matière de la revue Fémina de février 1921
Signée Pierre Mourgue

"Saint Moritz a retrouvé cette année sa vogue d'avant guerre. Nos lectrices trouveront, plus loin une série de photographies sportive prises en Engadine par notre envoyé spécial. Celle ci représente la jeune duchesse d'Albe quittant en traineau le palace ou elle était descendue pour aller prendre une leçon de ski."
Fémina Février 1921

"L'embarras du choix... pour l'après midi vous choisirez un soulier verni a barrettes ou à boucles et pour le soir un escarpin de satin ou un soulier Louis XIV en broderie."
A gauche en bas : "Dans le groupe du bas, un soulier très découvert presque classique, on le voit aussi souvent  en satin qu'en lamé ; l'empeigne laissant le pied presque à découvert, est  retenu par une barrette et le talon également par trois barrettes assorties"
A droite en haut : "Les souliers restent d'une extrême fantaisie, ceux en tissu sont brodés de métal, ceux en cuir montrent d'amusants mélanges cuir de différentes couleurs"
Fémina Février 1921

"Beaucoup de robe, cette saison, n'ont pas de forme très définie ; c'est souvent un enroulement d'un tissu somptueux. La jupe, tantôt plus longue derrière que devant, tantôt plate à droite et retroussée à gauche, laisse la plus grande place à la fantaisie. Sur le thème de la robe chemise, on a rodé mille variante. Melle Madeleine Lambert porte ici une robe de ce genre en velours circé vert jade, fendue sur le coté, sur un fond de lamé argent."
Photographie O'Doyé - Fémina février 1921

"Du velours blanc, mélangé à du velours noir, donne un ensemble d'une heureuse distinction. Cette toilette rappelant la robe princesse, en moins ajusté, s'éclaire de manches larges en velours blanc, brodées de gros motifs noirs. Les poches laissent apercevoir une doublure blanche.
 Elles sont soulignées de grosses ruches, rappelant celles de l'encolure en faisant songer à certains costumes Henri II"
Robe par Madeleine et Madeleine - Illustration par Dartey
Fémina Février 1921


"Idées pour un cortège"

De gauche à droite : 
 "Pour un mariage, une jeune fille sera charmante avec ce chapeau noir et rose à double passe de dentelle d'argent. Le bouquet et les pans sont faits en ruban de plusieurs tons de rose - Lewis"
"Grande capeline de tulle noir soutaché de paille verte et garnie d'un large ruban de satin noir, entourant la calotte, formant un chou tombant de coté en longue écharpe souple -  Jeanne Blanchot"
"Une capeline pour demoiselle d'honneur. Elle est en crin remaillé vieux rose, simplement garnie d'un large ruban de velours noir qui traverse la passe. Deux roses de soie et velours -  Georgette Godard"
Fémina Février 1921

 "Mademoiselle Eileen Molineux, la jolie danseuse, porte ici une robe de lamé vieux rose et argent brodé de perles."
Photographie Seeberger - Fémina février 1921

A gauche : "Une jolie robe habillée pour un cortège. Elle est en crêpe Marie Louise noir posé sur une double robe en cachemirette vieux  bleu. Une écharpe est nouée sur le coté - Marie Alys"
A droite : "La grande chemise faite d'un très beau tissu broché ou lamé est une jolie robe habillée qu'on utilisera en maintes circonstances. Celle ci  est en ruisseau d'or broché vert - Deddy"
Fémina Février 1921

"La mariée et son cortège"

 "Une robe de mariée brodée de cristal et d'argent, resserrée sur les coté par un ruban d'argent; le grand manteau de cour formant empiècement sur le devant est en mousseline de soie unie bordée de pampilles. Le voile de tulle est posé en bonnet - Lanvin"
Fémina Février 1921

"Robe de velours blanc d'une ligne tout à fait moyen age. Cette robe, qui d'échancre devant sur un volant de dentelle d'argent, est garnie d'un large rouleau de renard* - Lucile"
Fémina Février 1921

 "Deux toilettes de demoiselles d'honneur; celle de gauche est en satin opéra bleu France; la jupe et les manches bretonnes sont ourlées d'un velours noir. Celle de droite est en panecla bleu nattier, brodée de grands motifs roses et noirs. La mariée porte une robe de brocard lamé d'argent tout en dentelle argent, le grand voile de tulle est retenu par un cordon de fleurs d'oranger -
 Toutes les robes sont de Nicole Groult"
Fémina Février 1921


" Un groupe de deux robes de fillettes qui pourront servir de toilettes de demoiselles d'honneur, 
Une robe de mariée en panecla. La robe sans ceinture est croisée sur un fond de dentelle, elle se complète d'un grand manteau de cour également en panécla sur lequel retombe un grand voile de dentelle. La jeune fille de droite porte une toilette  de demoiselle d'honneur qui est une simple chemise de velours Circé brodé au corsage d'un gros motif de roses  de différents tons, une bande de broderie des même roses cercle la jupe. Le chapeau est une capeline souple  nouée d'un rang de cabochons"
Fémina Février 1921

"La robe de mariée droite, sans aucune garniture, est toujours très appréciée par nombre de jeune filles. Celle ci simple fourreau à peine drapé, que prolonge une traine carrée, disparait sous un très beau voile de dentelle maintenu sur la tête par cinq ranges de perles. Rien ne serait charmant pour une fillettes faisant le service d'honneur comme cette robe de tulle brodée de cristal : point de chapeau mais une couronne d'oranger" - Molyneux
Photographie Seeberger - Fémina Février 1921



"L'anneau de fourrure - Renouveler ses fourrures est devenu un luxe, aussi tire t'on  souvent partie de ce que l'on possède dans ses armoires. Il n'est point difficile de transformer une volumineuse écharpe de zibeline, mais beaucoup plus compliqué de faire quelque chose de bien avec une cravate étroite. On voit  sur ce deux photographies le bon parti que Melle Gerville a su tirer d'une cravate de chinchilla *"
Photographie O'Doyé - Fémina Février 1921

"Dans le tiroir de la commode... de la mousseline rose incrustée de chantilly  et du voile jade ajouré de dentelle ocrée font des dessous amusants et imprévus. Les chemises de nuit ont des formes variées, la plupart d'entre elles 'ont pas de manches, le jupon reparait dans les dessous."

"Une robe d'intérieur en astarté blanc neige, bordée d'argent et de strass, avec un large ruban faisant la manche et partant de l’épaule pour se rattacher au poignet, un autre ruban passe dans un bouillonné à la taille et se noue de coté en arrière ; des grelots d'argent ourlent le bas - Lanvin"
Illustration signée Dartey - Fémina Février 1921

" Un joli déshabillé de Lanvin : il est en voile cachemirette de ton chair; la jupe est rayée de rubans d'argent ; le gentil casaquin s'inspire de la blouse paysanne,il est soutaché d'argent et bordé de ruban d'argent ; des jours coupent le haut"
Illustration signée Dartey - Fémina Février 1921

"Une jolie liseuse de mousseline bordée d'une étroite bande de vison ; le petit bonnet hollandais, avec des ailes déployées de dentelle, masque le désordre de la chevelure au réveil -  Madeleine et Madeleine"
Photographie Wyndham - Fémina Février 1921

 "Un confortable saut de lit en velours Circé vieux bleu. Ce déshabillé de forme étroite est étoffé dans le dos par un grand panneau souple, formant traine. Une large bande de lynx * fait col et parements"
Photographie Claude Harris -  Fémina Février 1921

"Un saut de lit en satin opéra garni d'une haute frange de chenille dessinant un mouvement arrondi devant et derrière. La coiffure est un turban assorti"
Photographie O'Doyé -  Fémina Février 1921

"Les robes blanches sont nombreuses pour le soir. La petite robe de serge marine trouvera son succès quand on quittera le manteau de fourrure"

A gauche : "Dans le midi le blanc triomphe à l'heure du thé, une femme aimera porter cette robe d’enjôleuse vieil ivoire avec un corsage s'allongeant en pointe sur la jupe et légèrement brodé bruni. Les manches sont brodée.  Par Vandelle"
A droite : "Le taffetas qu'on pensait ne pouvoir se prêter qu'aux robes à jupes bouffantes, est utilisé d'une manière très ingénieuse pour cette robe longue et fine. C'est un taffetas Java bleu à rayures rouges qu'on a utilisé. par David"
Fémina Février 1921

A gauche : "Un grand et confortable manteau qu'il sera agréable de porter pour partir dans le Midi,  il est en baraclan cet écossais à grand carreaux bleu vert et jaune. Ce manteau est étoffé sur les cotés - David
A droite : " Le bleu se mélange agréablement au noir. On choisit dans ce cas un bleu vif rappelant le bleu roy. Cette robe est faite de crêpe Madeleine noir découpé en panneau sur un fond de chantilly noir à transparent bleu - Vandelle"
Fémina 21 Février 1921

"Melle Nelly Martyl, de l’opéra comique vient de recevoir la Croix de la Légion d'honneur pour ses services d'infirmière pendant la guerre"
Photographie Studio Fémina -  Fémina 21 Février 1921

"Les corsages s’allongent toujours plus et la taille courte ne semble pas vouloir reparaitre encore cette saison"

De gauche à droite :
"La taille s'allonge; où descendra t'elle ? Voici une originale robe croquée à un récent mariage; elle est en taffetas java glacé; la jupe est montée par de grosses fronces sur le long corsage plat. Une échelle de nœuds de ruban bleu s'ége sur le devant du corsage."
"Cette toilette port par Mme Mégrad dans 'Koenigsmark" au Théâtre Antoine, était en satin crésus blanc sur fond de dentelle d'argent"
"La petite robe de serge bleu est un genre de toilette dont on ne se lasse jamais. Celle ci n'est elle pas jeune et d'aspect printanier avec sa borderie d'un joli ton gris beige soulignant les contours d'un corsage plat,, et sa jupe de mouflonne écossaise ?
Fémina Février 1921

"Le cachemire de nos grand mères redevient à la mode ; quelques étoffes nouvelles rappellent les tissus de l'Inde. Melle Denise Hébert porte un paletot sac en mouflonne vanille"
Photographie Wyndham -  Fémina février 1921

"Dans le midi, si aux heures ensoleillées le lainage blanc triomphe, le soir, le satin noir a le même succès qu'à Paris"

"Dans  le midi , si aux heures ensoleillées le lainage blanc triomphe, soir, le satin noir a le même succès qu'à Paris... Beaucoup de femmes restent fidèles au simple fourreau de satin ou de velours noir : le chapeau apporte toute la fantaisie de la toilette. N'est il pas original ce chapeau de Lewis avec sa grande passe de dentelle ?"
Fémina février 1921

"Toutes les jeunes filles aimeraient porter une robe comme celle que porte ici Melle Pierryl. La jupe est faite d'une mousseline imprimée; le corsage de satin souple retombe en ceinture de chaque coté sur les hanches"
Photographie Reutlinger - Fémina Février 1921

A gauche : Toutes les femmes ont dans leur garde robe une ou plusieurs robes noires. Dans le midi on porte des robes comme celle ci : le corsage est en satin opéra noir, doublé de lamé d'argent ; la jupe en voile cachemirette brodée de grands motifs irréguliers, laisse apercevoir un fourreau plus court en satin noir."
A droite : Les femmes restent plus que jamais fidèles à la robe simple. Ce modèle de crêpe Marie Louise gris argent, brodé de larges motifs noir et blanc, avec la jupe en peu étoffée sur le coté par des panneaux repliés, est le type de la robe facile à mettre en maintes circonstances. La grande cape de panécla bleu vif avec col de chinchilla * la complète heureusement."
Fémina Février 1921


"Les robes du soir, moins décolletées peuvent être facilement utilisées pour un cinq à sept - Les robes de tulle uni ou perlé font de folies robes du soir. Les perles de tons dégradés sont les préférées."

"Des robes pour la danse - Quatre robes de jeunes filles qui seront aussi faciles à porter pour une réunion que pour un diner. Voici de gauche à droite, une robe faite d'un long corsage de panne grise avec une jupe d'un ton gris plus clair, simplement bordée de trois bouillonnés lisérés d'argent. La robe qui suit est en taffetas d'un rose tirant un peu sur le mauve ; elle n'a d'autre garniture que les petites ganses de même taffetas ourlant le bas de la jupe, le décolleté et le bord des manches. D'un effet très jeune est la jolie robe qu'on aperçoit dans le fond; elle est en crêpe de chine rose avec une jupe couverte de rubans de velours bleu perlés d'acier. Les même rubans se retrouvent aux manches. Et pour finir, une robe vieillotte, en tulle, garnie de gros ruchés fixés par une étroite bande de vison"
Illustration par Dartey - Fémina Février 1921

"Pour le soir, le tulle uni ou brodé et surtout les tulles perlés continuent à faire des robes très élégantes. Il faut avouer que pour danser la robe de tulle  ,un peu large, avec une jupe garnie de volants et de ruches, est plus jolie que le fourreau étroit planquant un peu trop nettement le corps. Voici trois jolies toilettes pour danser qui conviendront aussi bien aux jeunes filles de dix sept ans qu'à leurs soeurs ainées, puisque le décolleté est devenu modéré. La robe de gauche est faite d'un long corsage de panécla ivoire, avec une jupe à deux étages en dentelle du même ton ivoire. La robe qui suit montre un corsage de panne rose avec jupe de tulle perlé, dans les tons rose dégradés et des flots de ruban sur les hanches. La troisième est en taffetas et tulle bleu, ourlée dans le bas d'une large bande toute scintillante de perles.
Illustration signée Dartey Fémina Février 1921

A gauche : Une gentille robe en crêpe Madeleine avec corsage croisé se nouant derrière en ceinture. Les manches sont fendues sur le dessus du bras. De grosses cocardes de ruban semblent piquées au hasard de la jupe"
"Voici, pour une jeune femme ou une jeune fille, une robe à taille longue avec son gros bourrelet enroulé de perles formant ceinture. La jupe, légèrement bouffante, s'élargit de coté en un double coquillé. Elle est en crêpe vieux bleu, le corsage est en lamé argent et bleu"
Illustration signée Dartey - Fémina Février 1921

"Mme Frances Ellys, la révélation de la saison théâtrale,  voit s'ouvrir devant elle une carrière pleine de promesses. Après avoir interprété le principal role d 'une pièce de Strindberg, nous la verrons dans une  pièce de Pierre Wolff ou l'auteur lui écrit un rôle à sa taille"
Photographie O'Doyé - Fémina du 21 Février 2019

"Pour le midi on emporte au lieu de costumes habillés, de veste mis longues et de paletots sacs"

"A gauche : Un tailleur de dialaine marine, amusant avec sa jaquette complètement fermée, qui permet de supprimer la cravate de fourrure. Sur le tissu s'enlèvent quelques gros motifs de broderie dans les rouilles - Doeuillet"
" Le costume du milieu de la page est en peau de marmotte grise*. La jaquette est complètement fermée, mais dans une ligne toute différent de celle du costume de gauche A noter l'effet très nouveau de boutonnage sur la hanche - Doeuillet"
"A droite : Les femmes minces et point trop grandes aiment le petit paletot sac. Celui ci n'est il pas très nouveau avec son empiècement rond, son col droit et la bordure de cuir qui souligne les contours - Lucille"
Fémina février 1921

 "Si le tailleur classique a retrouvé son succès, beaucoup de femmes lui préférent encore le tailleur couturier plus féminin et plus habillé. Celui ci est en griline est très nouveau avec des grandes pattes découpées et son étroit bord de fourrure* - Worth"
"L'écharpe de kashavella brodée avec chapeau assorti est le complément du tailleur pour le Midi - Lanvin"
"Élégant costume à porter dans le Midi; la jupe est faite de panneaux de serge blanche se chevauchant; la jaquette du duveline blanche matelassée est garnie de skunks - Premet"
Fémina Février 1921


"Pour votre petite couturière...
En haut à gauche : Cette manche large et droite du bas est brodée ou soutachée et peut être ourlée d'autre teinte. A coté, la plus simple des robes peut changer d'aspect par la transformation des manches, celle ci est faite de cinq volants plats.
En bas à gauche : Une manche collante évasée du bas avec un peu de broderie sur la main.
A coté : Une manche longue dont le poignet est surmonté d'une grosse ruche."
Fémina février 1921


"Lingerie d'enfants, les petites robes droites, les barboteuses et quelques costumes de garçonnets à blouses paysannes sont faciles à confectionner"
Fémina Février 1921



Publicité pour la Conduite intérieure Citroen
Fémina Février 1921
 
 PUblicité pour la voiture six cylindre Delage
Fémina Février 1921

 Publicité pour le parfum La Bohème Arly
Fémina Février 1921

Publicité pour la poudre de riz Malacéïne
Fémina Février 1921


* Ce blog ne cautionne en aucune façon la fourrure véritable , qui devrait être interdite au XXIeme siècle. Toutefois, il est impossible de parler de la mode des années  50 sans y faire un minimum référence.

Fémina du 1er février 1921 - Prix : 4 francs.






D'autres revues autour de la première guerre mondiale dans le blog :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire