J. D Modes - Février 1948 ¤

 
      

" Modèle de Lanvin , une robe de jersey gris chiné plissée"
Photographie Meerson - février 1948

"Aujourd'hui et demain... Comme la nature est moins mystérieuse que les couturiers, nous savons quelles fleurs - mais non quelle robes - vont éclore au printemps. Le secret des mortels est mieux gardé que celui de dieux.
Cependant , la période scintillante des fêtes et du cœur de l'hiver consacre le règne des robes élégantes que l'on porte, dès  le cocktail et avant dans la nuit. Leur longueur semble étale, à la cheville, presque un peu au-dessus. Le décolleté, très généreux, s'exclut pas les manches longues. Il s'accompagne du fichu, né du mouchoir de Tartuffe, et qui est une nouveauté. Sorte de pointe assortie à la mode, il est est prétexte pour les femmes avisées, à d'innombrables variantes. Il pare sur les robes du soir, à l'absence d'épaulettes et se coule sur un dos nu. Et le justaucorps corps médiéval, parfois réduit en corselet, oppose un buste,  et des hanches pailletées, miroitantes, à la chute sombre et douce d'une jupe qui traine"
Février 1948

 Maud Roser - Photographie Meerson
 février 1948


"Robert Piguet - Le corset de cette robe de cocktail noire est de satin jaune et couvert de fine dentelle noire"
Photographie Meerson -  février 1948


"Aujourd'hui et demain... Autrefois, le mariage du bleu marine et du blanc ne se célébrait qu'au retour des hirondelles. Cette année, il constitue dans les demi collections, le lever de rideau de la mode nouvelle. Premier indice : le blanc va faire fureur [...] Ceci tend à indiquer que le corsage, si sage cet hiver sur les robes de jour, va retrouver un rôle de vedette. Par ailleurs les tons neufs se signalent par leur fraicheur et leur charme : le rose fleur, le mauve, un gris de perle grise - exactement -  et le mastic net et franc. Ça et là on note la vivacité du corail ou un vert lumineux."
février 1948

 La basque accentue sa fantaisie toujours courte et comme soulevée par le vent, elle se réduit encore sur les hanches par des effets de découpes ou bien elle emprunte dup oids à la lourdeur soyeuse de franges"
A gauche deux modèles de Schiaparelli, au centre Balmain Schiaparelli et Balmain
A droite :  Balmain et Jacques Fath
février 1948

"Maud et Nano" Photographie Meerson
février 1948

"Aujourd’hui et demain. La taille retrouvée, acquise, à nouveau et redevenue si étroite du fait d'un sortilège, souligne sa minceur de cent façons. Les ceintures en cuir mat de cet l'automne s'élargissent encore, se vernissent comme des miroirs et s'exécutent en satin éclatant qui tranche avec l'ensemble. Quand la ceinture et de même tissus que la robe, elle fait directement partie de sa coupe, venant des cotés pour se nouer par devant en nœud souple, en boucle stricte.[...] Parce que notre œil s'est fait, à la longue de ces jupe qui ne nous a déroutés qu'un instant, nous admettons que celle ci s'accentue, dans l'attente des trois coups, nous rêvons à ce que sera la pièce...."
février 1948

A gauche : Molyneux, Lucien Lelong et Nina Ricci
Au centre :  deux modèles de Lelong, Lanvin, deux modèles de Schiaparelli
A droite : deux modèles de Jacques Fath
 février 1948

"Schiaparelli, Christian Dior et Maggy Rouff"
 février 1948

"Symbole de la mode de printemps, le canotier renait avec les giboulées , on va le porter droit sur le front, comme delui de la Belle Cycliste, et garni d'ailes délicates, de fleurs rococo, d'attributs  charmants évoquant  le beau temps"
février 1948


"Canotier Paulette, robe Marcelle Dormoy"
 février 1948

"Divergences des vestes et des jupes...
Vous pouvez, d'un manteau démodé par une mode qui le veut beaucoup pus long, faire une veste, let lui assortir deux jupes dont l'une contrastante"


Patrons proposés par le journal  en février 1948
Illustration signée mais le paraphe est illisible


"Cinq leçons de danse et d’élégance... pour accompagner les amples et vaporeuses robes de bal, l'habit, le smoking croisé, noirs ou marine, restent les tenues classiques. Mais peut être les jeunes amateurs d'avant garde" préféreront t' ils pour les belles soirées d'été les vestes claires et même de tons pastel"
février 1948

 La valse : L'habit noir de Rodolphe contraste avec le bleu de la robe qu'Hortense a choisi en faille. Elle laisse apercevoir, en valsant, un dépassant de broderie anglaise. Une ceinture ds glisse dans le dos sous le panneau froncé et se noue devant.
 Le Boogie Woogie : Fred porte un smoking croisé à veste en "Tuxedo" pastel. Il fait danser Ginger, dont le corsage de velours ajusté, à courte basque arrondie, contraste avec l'ampleur de la jupe de tulle
Illustration de mode signées Adelmar -  février 1948 

 La Samba : Enrico porte un spencer blanc sur un pantalon noir. Mariquita évolue gracieusement dans une robe de taffetas rayé. Le décolleté bateau est adouci par un volant froncé. Une étroite ceinture se noue sur le coté. La jupe en forme a un volant froncé dans le bas, jusqu'à  la cheville"
Le Tango : Juanito en smoking bleu nuit, glisse à coté de Dolorès : sa robe de satin broché rose et blanc est adoucie au décolleté de deux petits nœuds. La jupe, à la cheville est faite de deux volants en forme et froncés
Le Passo doble. José porte un smoking bleu nuit qui contraste avec la robe de plumetis blanc à pois rouges, que Carmen fait tournoyer. Le panneau de devant s'incrute en arrondi au dessus de la taille, sur le corsage qui laisse les épaules nues. Une ceinture de velours se noue dans le dos sur la jupe froncée"
Illustration de mode signées Adelmar - février 1948


"La petite robe noire des deux saison - Il toujours pénible d'abandonner , au retour du beau temps, la robe préférée durant l'hiver. La voici "coté hiver" telle que vous l’aimez et "coté printemps" telle que vous la préférerez encore, rajeunie et transformée par une garniture claire"




"Tourisme, de confort assuré, mais de bonhomie apparente, ces ensembles de tricot groupés sous le symbole même de la capitale, portent, dissimulés au creux d'un pli, la griffe de Paris."
février 1948

 A gauche : "Lola Prusac - Dans la maison et pour le sport vous porterez cet ample blouson noir. Le devant en jersey rouge est brodé de motifs blancs et noirs. Il se porte sur un pantalon de flanelle."
A droite :" Juliette Lambert - Vous finirez l'hiver et commencerez le printemps avec ce sweater bleu et noir. Les bandes noires se rejoignent sur le dessus des manches kimono. Décolleté haut, bateau. Porté par le mannequin Bettina."
Photographie Savitry -  février 1948



A gauche : "Juliette Lambert - Robe chemisier de jersey beige, la garniture de tricot à cotes part de la poitrine et se prolonge sous les hanches. Manches kimono amples retenues par un poignet"
A droite : Anny Blatt - Sous le manteau de sport ou de ville, sous porterez un ensemble de fin jersey gris à jupe plissée. Le corsage se croise dans le dos. Chapeau de feutre marron de Florence."
Photographie Savitry -  février 1948 

"A gauche : "Vanina de War - Pour sortir sans manteau par une journée tiède, robe marron en épais jersey de laine. Le corsage est croisé et la jupe en forme. Boutonné en biais sur la hanche gauche, portée par le mannequin Bettina"
A droite : "Madeleine de Rauch- Pour le patinage et pour les premiers weed end à la campagne,  robe d'épais lainage roux à jupe garnie de bandes de tricot à cotes. Manches raglan et col roulé"
Photographie Savitry -  février 1948

"Du rouge au noir....
Patrons proposés par la revue  de Février 1948

"2 sweaters, 8 jupes, ... 16 ensembles ;
Quelle rapide multiplication ! grâce à la variété des jupes, larges ou étroites, longues, presque longues ou moins longues, grâce aussi à la simplicité des corsages sweaters collants ou caracos boutonnés qui se retrouveront les mêmes à toutes les heures : faciles transformations !"
Patrons proposés par la revue  de Février 1948


{Les modèles de ces pages existent en patrons tout faits expédies dans les 48 heures contre 60 francs}
 février 1948
"Ski de printemps, les skieurs expérimentés et ceux qui le sont moins préfèrent souvent le soleil et les journées plus longues de printemps. Éternels tentateurs, les couturiers ont pensé à tout"

A gauche : Lucien Lelong, Vincent Mehnert et Nina Ricci
Au centre ; Jacques Fath, Henry à la Pensée et Madeleine de Rauch
A droite : Carven, Vera Boréa et Hermès
Illustration signée C. Maréchal - février 1948

En haut : "Schiaparelli, Renée Patton et Vincent Mehnert
En bas : Palinkas Berger, Carven et Vincent Mehnert
Illustration signée C. Maréchal -  février 1948

A gauche : "Pierre Balmain - Veste bordée d'opossum et fuseau en gabardine noire de Buche"
A droite : "Hermès, veste courte en mouton teint en rouge et pantalon de velours côtelé"
Photographie Honeyman -  février 1948

Publicité pour les crèmes de beauté Youthful -février 1948

Publicité pour les bas et sous vêtement EMO -  février 1948


* Ce blog ne cautionne en aucune façon l'utilisation de la fourrure  ou des plumes véritables , qui devrait être interdite au XXIeme siècle. Toutefois, il est impossible de parler de la mode au XXeme siècle sans y faire référence.

Cet article est un hommage aux modes  des années 40. Un moyen de partager ma collection de revues anciennes avec d'autres passionné.e.s
Le but, clairement, n'est pas d'en tirer profit ou de léser quiconque

      

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire