La Coiffure et les Modes - Mai 1913 ¤


"La mode - Quelle coiffure haute choisir ?
Quelle nouvelle forme choisir ? quel est le postiche qui convient le mieux à la coiffure haute ? Telles sont les principales questions qui pendant tout ce mois dernier nous ont été adressées.[...]
Comment , par quel artifice obtenir cette forme haute ?
Avec ses cheveux, la chose est relativement facile mais à condition que l'on ait des cheveux très longs, susceptibles d’être ramenés en une large coque au dessus de la tête. La frange du devant étant frisée au fer, prendre dans une main l'ensemble de la chevelure ondulée en très larges vagues, la relever sur la nuque soit sans la tordre et en la maintenant avec un peigne empire nouveau, soit en la tordant légèrement et en la maintenant par un peigne boules placé de côté, puis ramener l'extrémité des cheveux sur le devant, en formant une coque venant presque toucher aux frisettes de la frange.
Seulement pour réussir ce mouvement il faut avoir des cheveux abondants et longs. Si donc, et c'est le cas général, vous  n'avez pas l'éclatante chevelure nécessaire à cette coiffure il faut recourir au postiche. Ce postiche ne peut évidemment être qu'un "devant", composée d'une frange bouclée et d'une mèche soutenue pouvant "faire haut". Ce postiche est très joli, il jure le naturel, mais.... il doit être fait sur mesure... avec des cheveux rares... il doit donc être très cher...
Et voila peut être bien pourquoi, charmantes lectrices, votre coiffeur est si partisan de la coiffure haute. C'est qu'il sait que la mode nouvelle est inférieure et va vous obliger à lui passer de nouvelles et importantes commandes. Au fond, il faut vous en féliciter, puisque jamais vous n'aurez été aussi jolie"
"Extrait d'article paru dans la revue "La Coiffure et les Modes" de mai 1913


"La coiffure de notre couverture de Jourliac, est une des formes meilleures de la mode présente ; elle est faite avec un unique postiche très léger."
Illustration de la couverture de la revue "La Coiffure et les Modes" de mai 1913 est signée par Sohek


"La planche de notre première page est une forme originale de la coiffure "casque de Minerve"
Illustration signée Carlos
La Coiffure et les Modes Mai 1913



"La folie des belles épingles
C'est véritablement une folie, tout le monde en porte et tout le monde ne portera encore longtemps. On les mets de toutes façons, beaucoup d’élégantes en portent quatre quelques unes même six.[...] Les plus jolies sont encore les plus simples, celles qui sont formées d'une grecque légère ou d'un aplat de similis. Il faut se garder des dessins compliqués et surtout les épingles à bas prix qui ne peuvent erre faites qu'avec des pierres de troisième choix. La beauté de l’épingle est toute entière dans la qualité des similis"
Photographie Talbot et Félix - La coiffure et les modes Mai 1913


 "Le peigne à boule et la coiffure haute...
La coiffure haute beaucoup plus souple que la coiffure basse permet toutes les fantaisies. Les deux coiffures hautes de Mademoiselle Jocelyne sont faite entièrement avec ses propres cheveux.
Dans l'une les cheveux sont relevés en une coque qui vient s'élargir sur le font, dans l'autre les cheveux sont roulés en turban autour de la tête. La troisieme coiffure est celle de l'année précédente."
Photogaphies par Félix -  La coiffure et les modes mai 1913

Portrait de Melle Sabrier, actrice au théatre de la renaissance.
Photographie par Talbot - La Coiffure et les Modes Mai 1913


Portrait de Melle Marie Louise Delval, actrice au théatre Sartah Bernhardt
Photographie par Talbot - La Coiffure et les Modes Mai 1913
Portrait de Melle Gaydon, actrice au théatre du Vaudeville
Photographie par Talbot - La Coiffure et les Modes Mai 1913

Portrait de Melle Vix, actrice au théatre de l'Opéra Comique
Photographie par Reutlinger - La Coiffure et les Modes Mai 1913



"Les sourires d'une grande élégante...
Melle Arlette Dorgère a créé au Vaudeville dans les Honneurs de la Guerre un délicieux role de jeune fille. A un moment dans un mouvement gracieux elle se décoiffe et montrant un joli peigne à boules d'écaille blonde, elle laisse tomber sur ses épaules sa merveilleuse chevelure d'or. C'est en nos temps de postiches à outrance, d'un effet inattendu et charmant, la Coiffure en reconnaissance lui a composé ce médaillon.
Photographie Félix Talbot - La Coiffure et les Modes Mai 1913

"La mode des chapeaux...
 Le petit chapeau voit ses derniers beaux jours, [...]  Pour l'instant le chapeau est petit de forme, tombant d'un coté, et relevé sur l'autre ainsi que sur la nuque. Ces formes s'accordent admirablement avec nos coiffures à enveloppants.
Les deux délicieux chapeaux de Mona Canda qui coiffent à ravir Melle Greuze, sont encore de toutes petites formes. Celui de gauche est fait de picot anglais noir, il est garni d'un bandeau d'aigrette et d'une aigrette de gourah teinte sable, petits bouquets myosotis et rose.
L'autre est un petit chapeau trotteur du matin en paille bleu corbeau avec un fond de taffetas, bandeau de plumes et ailes couleur corbeau et champignon."
Photographies H Manuel - La Coiffure et les Modes Mai 1913

"La mode n'est pas encore à ces larges bords mais la nouveauté du moment et même la nouveauté de la saison est le retour de la cloche - entendons nous il ne s'agit pas de la cloche bonnet rentrant jusqu'aux oreilles mais de la cloche à rebords et à barrettes. Le chapeau de Louise et Diana qui coiffe du bien Madame Mata Harri est une cloche de paille anglaise noire, montée sur une barrette tout autour de l'entrée de tête. Des paradis s'enroulent autour de la calotte en se mélangeant avec du tulle - en arrière une grosse touffe de paradis
Portrait photographique de Mata Harri par Félix
La Coiffure et les Modes mai 1913

"L'autre chapeau de Louise et Diana également porté par Mata-Harri est une forme de canotier - forme actuellement très en faveur - dégagé d'un coté ; il est fait de paille anglaise vieux bleu vert, doublé de moire noire, autour de la calotte et de hauteur inégale des crosses d'aigrettes, au milieu un petit nœud de moire noire"
Portrait photographique de Mata Harri par Félix
La Coiffure et les Modes mai 1913



"Les petits chapeaux de la saison - Modèles de Heitz Boyerb - Petit et Carrière'
La Coiffure et les Modes mai 1913


Différents modèles de coiffure haute.
Illustration signées J. Renée Souef
La Coiffure et les Modes Mai 1913


"Savoir habiller madame tout le monde voila le vrai talent. Combien de femmes courroucées contre la mode actuelle finiraient par la trouver jolie et portable si on savait la leur présenter sous un jour plus approprié à leur genre.
Je ne parle pas des femmes dont le gout raffiné et sur n'a besoin d'aucun conseil.Celle la sont nos collaboratrices. "
Extrait d'un article rédigé par Monsieur Carlos - La Coiffure et les Modes mai 1913


"La mode des tailleurs, avec ce temps incertain et les changement brusques de température que nous subissons en ce moment nous pensons être utiles à nos lectrices en leur donnant quelques nouveaux modèles de la maison Paris Tailleurs 3 rue du Louvre."
La Coiffure et les Modes mai 1913


Publicité l'Oréal, pour les teintures à cheveux. 1913



La Coiffure et les modes - N°30 du 15 mai 1913.


* Ce blog ne cautionne en aucune façon l'utilisation de la fourrure véritable ou des plumes , qui devrait être interdite au XXIeme siècle. Toutefois, il est impossible de parler de la mode au XXeme siècle sans y faire référence.

D'autres revues autour de la première guerre mondiale dans le blog :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire